Fermer

août 17, 2022

5 raisons d’être toujours baissier9 minutes de lecture



Le récent rassemblement de actions (SPY) a été impressionnant. Mais il s’agit toujours officiellement d’un marché baissier et il y a 5 raisons pour lesquelles les ours n’agiteront pas bientôt un drapeau blanc. Passons en revue pourquoi les actions se sont redressées… pourquoi elles sont susceptibles de stagner à ce niveau… et les 5 raisons pour lesquelles l’argument baissier l’emportera probablement. Lisez tout cela et plus encore dans le commentaire ci-dessous.


shutterstock.com – StockNews

(Veuillez profiter de cette version mise à jour de mon commentaire hebdomadaire du Bulletin d’information Reitmeister Total Return).

Les stocks ont augmenté presque sans relâche depuis 2 mois. C’était en grande partie parce qu’il était facile pour les actions de « escalader le mur de l’inquiétude » créé par le déclin initial en territoire baissier.

Cela signifie qu’il était assez facile de trouver juste assez de doublures argentées ou que les choses ne se passaient pas aussi mal qu’annoncé pour que les actions rebondissent à partir de ce creux récent. Cependant, comme nous le découvrons maintenant…toutes les bonnes choses doivent finir.

Cela signifie que les investisseurs ont finalement trouvé une résistance à la moyenne mobile de 200 jours du S&P 500 (SPY) à 4 326 et se sont rapidement retirés de cette marque jusqu’à la ligne d’arrivée mardi. Attendez-vous à ce que ce niveau indique les sommets à court terme du marché, car nous entrons probablement dans une période de consolidation avec une fourchette de négociation à suivre.

Pourquoi? Et quels sont les paramètres de cette fourchette de négociation ? Et qu’est-ce qui nous fera sortir de la fourchette ?

Tout cela et plus encore sera au centre du commentaire de Reitmeister Total Return de cette semaine.

Commentaire de marché

Techniquement parlant… nous sommes toujours dans un marché baissier. Cela est certainement déroutant pour de nombreux investisseurs compte tenu de plusieurs semaines de hausse des prix. Alors laissez-moi l’expliquer pour vous tous.

La définition d’un marché haussier est lorsque vous sortez d’un marché baissier et que vous avez augmenté de 20% depuis le bas. Eh bien, le récent creux du S&P 500 (SPY) est de 3 636,87 et pourtant, aujourd’hui, nous avons clôturé à 4 305,20, soit 18,38 % au-dessus des creux.

Cela peut sembler mâcher ses mots de continuer à l’appeler un marché baissier, car il se situe à près de 20% au-dessus des plus bas. Cependant, je pense que c’est une distinction importante en ce moment pour aider à mettre en place une véritable bataille pour l’âme de ce marché boursier.

Les taureaux ont en effet pris le dessus ces 2 derniers mois. Mais beaucoup de cela était juste « escalader le mur de l’inquiétude » comme les jours de marché assez souvent. C’est là que le sentiment est si mauvais qu’il ne faut que des choses pires qu’horribles pour déclencher un rallye. Et une fois que le rallye est en cours, vous obtenez la partie FOMO où les gens ont peur de manquer sur le potentiel de hausse.

C’est une chose de dire que les choses ne sont pas vraiment si mauvaises que de dire qu’elles sont assez bonnes pour favoriser la pleine réémergence du marché haussier. C’est pourquoi le mouvement de 200 jours à 4 326, également connu sous le nom de ligne de tendance à long terme, offre un champ de bataille très intéressant pour les investisseurs.

Consultez le graphique intrajournalier de mardi ci-dessous pour voir comment les actions ont flirté avec la moyenne mobile à 200 jours, puis se sont rapidement inversées :

Je suis fermement convaincu qu’il n’y a pas suffisamment de sentiment haussier sérieux pour créer une cassure au-dessus de la moyenne mobile à 200 jours à l’heure actuelle. D’un autre côté, les ours ont plus à prouver pour faire valoir leur point de vue. Cela crée l’environnement parfait pour une période de consolidation et une fourchette de négociation.

Oui, la relation entre une inflation élevée et les récessions/marchés baissiers à suivre est très forte comme on peut le voir dans le graphique ci-dessous :

Cependant, jusqu’à ce que cela commence à se manifester par un affaiblissement du marché de l’emploi et/ou une séance de bénéfices pour les entreprises américaines… alors il est difficile de faire un cas sérieux pour pousser beaucoup plus bas. Et ainsi, le bras de fer entre les haussiers et les baissiers devrait commencer maintenant.

Le haut de la fourchette devrait être la moyenne mobile de 200 jours à 4 326 et le bas de la fourchette est probablement la moyenne mobile de 100 jours à 4 100.

Reity, pourquoi continuez-vous à appeler obstinément à un marché baissier alors que d’autres investisseurs ont clairement parlé compte tenu de la force du récent rallye ?

Parce que j’ai une formation en économie. Et une inflation élevée va de pair avec des récessions et des marchés baissiers comme le beurre de cacahuète et la gelée. Ce n’est vraiment qu’une question de temps comme le montre le tableau ci-dessus. Cela ne s’est peut-être pas encore produit, mais le problème persiste.

Deuxièmement, nous avons une courbe de rendement inversée qui est l’un des indicateurs les plus éprouvés d’une récession imminente et d’un marché baissier. Pourquoi? Parce que les investisseurs obligataires disent qu’ils voient venir une récession à long terme qui est par nature déflationniste. Les taux seront donc plus bas à l’avenir qu’ils ne le sont actuellement.

Troisièmement, la Fed se sent un peu trop bien à propos de l’économie qu’elle prend comme un feu vert pour augmenter les taux comme un fou dans les mois à venir. Les investisseurs obligataires ont déjà pesé sur cette notion avec la courbe de rendement inversée, ce qui signifie qu’ils pensent que la Fed contribuera à générer une récession. Les investisseurs en actions recevront probablement à nouveau le mémo une fois qu’ils verront les dommages apparaître dans l’emploi et / ou les bénéfices des entreprises.

Quatrièmement, les rapports hebdomadaires sur les demandes de chômage sont l’indicateur avancé de ce qui se passera avec les gains d’emplois mensuels. Cela va dans la mauvaise direction depuis la mi-mars. Notez qu’il est généralement entendu qu’une fois que les demandes de chômage dépassent 300 000 par semaine, le taux de chômage commence à s’affaiblir. Ce réveil n’est peut-être pas si loin dans le futur.

Cinquièmement, cela ressemble au marché baissier à long terme de 2000 à 2003 qui a commencé avec l’éclatement d’une bulle de valorisation et a ensuite dû faire face à une récession. C’est pourquoi vous verrez dans le graphique ci-dessous qu’il a fallu environ 3 ans de baisses, suivies de rebonds apparemment impressionnants, puis d’autres baisses pour finalement trouver des creux réels et durables en mars 2003 avant qu’un nouveau marché haussier sain puisse émerger.

Cet ours durera-t-il vraiment 3 ans ?

Peut-être. Peut être pas. Mais je dis simplement que la bataille n’est pas terminée, c’est pourquoi je pense que les actions stagneront à ces niveaux en attendant un catalyseur clair pour une cassure convaincante dans une direction haussière ou baissière.

Mon argent est clairement dessus en cassant baissier pour les raisons indiquées. Mais en effet, je suis ouvert à la prémisse haussière pour l’emporter. C’est pourquoi notre stratégie de couverture est la bonne pour le moment. Cela étant des allocations égales aux ETF inverses et aux positions longues sur actions.

Comme indiqué dans l’alerte commerciale de lundi :

« Si nous passons au-dessus de la moyenne mobile de 200 avec enthousiasme et qu’il y a plus de raisons d’être optimistes, alors nous commencerons à vendre nos ETF inversés et commencerons à ajouter plus d’actions.

D’un autre côté, si ma thèse est correcte qu’il s’agit d’un marché baissier à long terme et que nous commençons à battre en retraite, alors nous ferons le contraire. Ce qui consiste à vendre les actions et peut-être à ajouter plus d’ETF inversés. La preuve en serait probablement de retomber sous les 4 000.

Vous pouvez simplement considérer une haie comme le début d’un bras de fer avec les deux côtés également appariés. Quelle que soit l’équipe qui commence à prendre de l’avance… alors nous sautons dans le train en marche pour rejoindre l’équipe gagnante. »

Je pense que le dernier paragraphe dit à peu près tout et le laissera là pour l’instant.

Que faire ensuite?

Découvrez mon portefeuille couvert d’exactement 10 positions pour aider à générer des gains alors que le marché redescend dans un territoire de marché baissier.

Ce n’est pas la première fois que j’utilise cette stratégie. En fait, j’ai fait la même chose au début du Coronavirus en mars 2020 pour générer un rendement de +5,13% la même semaine où le marché a chuté de près de -15%.

Si vous êtes pleinement convaincu qu’il s’agit d’un marché haussier… alors n’hésitez pas à l’ignorer.

Cependant, si l’argument baissier partagé ci-dessus vous rend curieux de savoir ce qui se passera ensuite… alors envisagez d’obtenir mon « Plan de jeu du marché baissier » qui comprend des détails sur les 10 positions de mon portefeuille couvert.

Cliquez ici pour en savoir plus >

Je vous souhaite un monde de succès en matière d’investissement !


Steve Reitmeister… mais tout le monde m’appelle Reity (prononcez « Righty »)
PDG, Stock News Network et Éditeur, Reitmeister Total Return


Les actions SPY ont augmenté de 0,12 $ (+ 0,03 %) dans les échanges après les heures normales mardi. Depuis le début de l’année, SPY a baissé de -8,86 %, contre une hausse de % de l’indice de référence S&P 500 au cours de la même période.


À propos de l’auteur : Steve Reitmeister

Steve est mieux connu du public de StockNews sous le nom de « Reity ». Non seulement il est le PDG de l’entreprise, mais il partage également ses 40 années d’expérience en investissement dans le Portefeuille Reitmeister Total Return. En savoir plus sur les antécédents de Reity, ainsi que des liens vers ses articles et choix d’actions les plus récents.

Suite…

La poste 5 raisons d’être toujours baissier est apparu en premier sur StockNews.com




Source link

0 Partages