Fermer

septembre 17, 2019

Les chercheurs submergent le gouvernement canadien de demandes de recherche sur la marijuana3 minutes de lecture

Researchers Overwhelm Canadian Government With Marijuana Research Requests


Après être devenu le deuxième pays à légaliser la marijuana à l'échelle nationale, le Canada a le potentiel de devenir le chef de file mondial en matière de recherche sur le cannabis, à condition de réduire les formalités administratives.


3 min de lecture

Les opinions exprimées par les contributeurs de l'Entrepreneur sont les leurs.


La recherche sur la marijuana au Canada contraste fortement avec ce qui se passe aux États-Unis. Grâce à son approche progressive, le Canada a plus de points communs avec le leader mondial en matière de recherche sur le cannabis. Israël.

Au moins, il a ce potentiel. Mais les formalités administratives font actuellement obstacle au succès.

Aux États-Unis, un chercheur financé par le gouvernement fédéral a poursuivi la Drug Enforcement Administration en raison de la mauvaise qualité de la marijuana disponible pour la recherche. À l'heure actuelle, l'Université du Mississippi cultive uniquement du cannabis utilisé à des fins de recherche aux États-Unis.

Au Canada, les chercheurs ne sont pas préoccupés par la qualité de la marijuana, mais plutôt par la rapidité avec laquelle les demandes de recherche sont approuvées. . Santé Canada, l'organisme gouvernemental chargé du processus, a admis dans CTV News qu'il "y avait eu des difficultés" dans le traitement des nouvelles demandes.

CONNEXE: Ce que les États-Unis peuvent apprendre de la légalisation des mauvaises herbes au Canada

Un système submergé par les applications

Au Canada, CTV a rendu compte pour la première fois de la bureaucratie à l'été 2019. Ils ont écrit que

Il reste 350 demandes de licence de recherche en cours de traitement pour assurer leur conformité aux lois et aux règlements canadiens.

À la mi-été, Santé Canada n'avait traité que 65 nouvelles demandes de recherche, a rapporté CTV.

Cette question pourrait donner une idée de ce à quoi pourrait ressembler la recherche dans le Les États-Unis devraient jamais devenir légaux. Santé Canada a indiqué à CTV dans une déclaration par courrier électronique que l'agence devait s'assurer que chaque demande respecte un large éventail de réglementations, notamment:

  • Sécurité pour empêcher tout accès non autorisé
  • Stockage approprié
  • production et destruction de cannabis
  • Mesures de prévention en place visant à garantir que la marijuana à des fins de recherche ne parvient pas au marché de détail

Comme on peut le constater, le problème tient en grande partie au fait que le gouvernement craint que la recherche de marijuana aboutisse le marché de détail. Ce n'est pas un problème aux États-Unis, où la marijuana à des fins de recherche est bien inférieure au niveau de la marijuana vendue dans les dispensaires.

Cependant, comme le notent les chercheurs dans Science Magazine il est un peu étrange d'être obligé d'attendre. autorisation d'étudier de petites quantités de cannabis lorsque de nombreux étudiants dans des universités de recherche peuvent acheter de la marijuana quand ils le souhaitent. 19659011] La suppression des formalités administratives est une priorité pour Santé Canada. L'agence espère atteindre un rythme de 42 approbations par jour et un délai d'approbation de 180 jours.

Une autre préoccupation au Canada est la perte de son avantage par rapport à d'autres pays dans la recherche sur le cannabis. Le docteur Michael Verbora, médecin et professeur à l'Université McMaster, a confié à CTV News qu'il espérait que le gouvernement réglerait rapidement le problème du processus d'examen des demandes.

«Je crains que d'autres pays ne réglementent ce un peu mieux et nous perdrons potentiellement notre opportunité et notre position en tant que leaders de la recherche sur le cannabis ", a-t-il déclaré.

Pour rester au courant des dernières actualités sur la marijuana, assurez-vous de les aimer dispensaries.com sur Facebook



Source link