Fermer

juin 11, 2019

L'App Store iOS est-il un monopole et est-ce une bonne chose?11 minutes de lecture



Apple exerce un contrôle important sur l'App Store iOS sur chaque iPhone. Mais est-ce un monopole? Nos experts en développement discutent dans une discussion silencieuse

L’App Store iOS a récemment fait les manchettes, la Cour suprême des États-Unis récemment [1945-9006] autorisant l’ouverture de poursuites antitrust contre Apple . Le problème est la réduction de 30% prise par Apple sur toutes les transactions effectuées dans l'App Store, ce qui fait l'objet de controverses depuis la sortie initiale de l'App Store en 2008.

Plusieurs membres de l'équipe des relations avec les développeurs Progress ont décidé de Discutez en douceur pour examiner les ramifications du modèle commercial de l'App Store, ainsi que les récentes affaires judiciaires américaines. Plus précisément, nous discuterons des points suivants:

  • Apple a-t-il de bonnes raisons de facturer des frais de 30% sur les transactions de l'App Store?
  • Le contrôle d'Apple sur l'App Store est-il un avantage net pour les consommateurs?
  • Pensez-vous que l'application

TJ VanToll : Bon, qui veut que nous commencions?

Brian Rinaldi : D'accord, qui veut nous faire commencer? une taxe de 30%, pour moi, semble un peu faible. Je ne dis pas que Apple ne devrait pas être en mesure de facturer des frais, mais cela ne coûte plus rien à Apple de fournir une application à 10 USD contre une application à 1 USD contre une application gratuite. Il est donc difficile pour moi de voir comment ils justifient la nécessité de prélever 3 dollars sur le premier mais 0 $ sur le dernier (à part les frais annuels que tous les développeurs paient pour pouvoir publier sur l'App Store)

Rob Lauer : Oui, je pense que c'est un élément clé de l'argument – si Apple ne facturait pas 99 $ par an, l'affaire pourrait être radicalement différente.

TJ VanToll : Oui, vous payez pour le droit de créer des applications, et vous payez à nouveau à chaque transaction.

Brian Rinaldi : Soyons clairs, les 99 $ et même des frais de transaction fixes sont acceptables, mais comme les coûts de livraison d'une application sont essentiellement fixes, le prix devrait l'être aussi.

Rob Lauer : Je ne suis pas vraiment un gars pro-Apple, mais ils le font . ] fournir un service légitime avec l'App Store. Bien que fastidieux pour les développeurs, le processus de révision exclut les applications malveillantes et les applications de copie, et offre une valeur évidente aux consommateurs. Alors, qui devrait payer ces frais généraux? Consommateurs ou développeurs?

TJ VanToll : Bien, je peux jouer contre l'équipe Apple pendant une minute et citer quelques de leur site .

Brian Rinaldi : Uh oh

TJ VanToll :

Depuis le lancement de l'App Store, toute une industrie s'est développée autour de la conception et du développement d'applications, générant plus de 1 500 000 emplois aux États-Unis et plus de 1 570 000 emplois.

Nous sommes fiers d’avoir, à ce jour, gagné plus de 120 milliards de dollars dans le monde entier grâce à la vente de biens et services numériques dans des applications distribuées par l’App Store.

Rob Lauer : 1.5M est un stretch (je suppose)

TJ VanToll : lol à 1,5 M pour les États-Unis et 1,57 M pour l’Europe. Méfiant. Mais je veux dire que c'est un argument convaincant. Vous devez payer pour jouer dans l'écosystème iOS, mais vous avez accès à un marché très lucratif: des utilisateurs qui ont prouvé qu'ils paieraient pour de l'argent.

Brian Rinaldi : Très suspicieux. C’est aussi très discutable. C’est un débat à part entière sur l’impact de Apple sur la tarification de produits tels que les jeux et les logiciels, où 0,99 $ est considéré comme un prix «normal»… qui peut sans doute blesser autant de développeurs que aidé. Mais comme je l’ai dit, c’est un argument totalement séparé.

Rob Lauer : Mais mais! Ce qui manque dans ce débat, c’est que l’affaire concernait qui pourrait poursuivre Apple. SCOTUS a décidé que les consommateurs pourraient intenter une action en justice … ce qui, selon moi, reformule l'argument ici.

TJ VanToll : Consommateurs et non développeurs, non?

Brian Rinaldi : C'est la partie déroutante. Ils semblent avoir décidé que les consommateurs ont la possibilité de se présenter sans nier les développeurs, même s’il est difficile d’affirmer d’un point de vue juridique qu’ils sont blessés – que ce soit le consommateur qui supporte le plus gros des frais Apple ou les développeurs qui les paient.
Ainsi, nous avons maintenant des développeurs qui intentent également des poursuites .

TJ VanToll : Alors, décomposez cela pour moi: Apple a plusieurs poursuites à leur encontre, de consommateurs et de développeurs?

Rob Lauer : C'est ça! Je pense que cette partie est manquante … ce qui rend cette uber déroutante …

Brian Rinaldi : Ne faites pas venir Uber! ? Gardez à l'esprit que le procès qui a déclenché tout cela (celui que la Cour suprême a décidé d'aller de l'avant) a débuté en 2011.

TJ VanToll : Être avocat, ça a l'air tellement amusant.

Brian Rinaldi : Il affirme qu'Apple est essentiellement un revendeur de logiciels et que ce sont les consommateurs qui sont pénalisés par les frais facturés par Apple. Et, bien sûr, ces frais sont exorbitants, car Apple a effectivement créé un monopole.

Rob Lauer : Avons-nous déjà répondu à la 2e question? Apple facture 30% à "quelqu'un" … ces 30% de frais généraux aident-ils ou blessent-ils les consommateurs?

TJ VanToll : La seule chose qui, de toute évidence, pose problème sur le plan juridique concerne les applications concurrentes. Spotify paie la taxe de 30% et Apple Music ne le fait pas.

Brian Rinaldi : Oui, c’est vraiment intéressant!

Rob Lauer :

L'App Store n'est un monopole d'aucune mesure

☝️ C'est ce qu'affirme Apple

. TJ VanToll : Bon essai Apple. Revenons donc à la question de Rob. Apple affirme également que c’est bon pour les consommateurs. Est-ce que c'est…?

Brian Rinaldi : En fait, cette déclaration d'Apple que vous avez mentionnée était une réponse à ce site de Spotify relatif à la discussion Apple Music contre Spotify. Mais pour répondre à votre question, je pense que mes réponses plus tôt montrent que je ne pense pas que cela fasse mal aux consommateurs. Je pense que cela fait mal aux développeurs et, en fait, je pense que cela a également permis de réduire le coût des logiciels au point qu'il peut être difficile de gagner de l'argent en tant que développeur indépendant – en particulier autour des jeux.

TJ VanToll : Apple De plus, a publié un site qui explique comment l’App Store n’est pas un monopole et dont le timing est totalement aléatoire.

Rob Lauer : Pricing- de côté? Sûr. Cela simplifie considérablement la découverte d'applications.
Contrairement à Google Play, où les applications de copie sont partout

TJ VanToll : N'oubliez pas de chercher des applications avant l'App Store?

Brian Rinaldi : Il y avait des applications avant l'App Store? 1965

TJ VanToll : Recherchez une application de calculatrice sur le Web et vous aurez plus de chances de trouver un virus qu’une application utile. La Cour suprême a soutenu (au nom des consommateurs) que la taxe de 30% faisait monter les prix pour tout le monde, ce qui est probablement vrai.

Brian Rinaldi : Je suis d’accord. Les app stores servent à quelque chose, mais les frais existants ne sont pas justifiés.

TJ VanToll : Apple soutiendrait que ces hausses de prix sont justifiées, car il est très utile de disposer d'une plate-forme sur laquelle vous pouvez Je suis convaincu que les applications que vous trouvez ont été examinées et ne sont pas malveillantes.

Brian Rinaldi : Et pour répondre au commentaire de Rob, je pense que Google a considérablement nettoyé Google Play. C’était autrefois l’Ouest sauvage (je me souviens avoir téléchargé les applications Marlio pour mon fils qui aimait Mario), mais j’ai l’impression que ce n’est plus le cas. Et, bien sûr, Apple a raison, mais ce coût est-il différent en fonction du prix de l'application?

Rob Lauer : Google est-il un modèle que nous devrions rechercher du côté iOS? ? Je suis sûr que les développeurs seraient plus heureux. Ils autorisent également les PWA, ce qui semble être le cas d’Apple.

TJ VanToll : Brian, oui, a accepté, et je n’aime pas que les 30% soient à plat. Making

Brian Rinaldi : D'après ce que je peux trouver, Google a également accusé 30%, ce qui voudrait dire qu'une décision ici pourrait également avoir une incidence sur Google.

TJ VanToll : Je pense que la grande différence est qu'Android permet aux autres magasins d'applications et aux utilisateurs de laisser des applications à l'écart. [19659003] Rob Lauer : Bien, les développeurs peuvent choisir eux-mêmes leur choix sur Google Play

TJ VanToll : Samsung exploite par exemple un magasin d'applications pour Android.

Brian Rinaldi : Très vrai.

TJ VanToll : Je pense que les développeurs verraient l'option des autres magasins d'applications iOS, même s'ils ne sont pas très populaires, comme une grande victoire. 19659003] Rob Lauer : Alors, qu'en est-il de la dernière question?

Pensons-nous que l'App Store changera dans un avenir proche, induit par les tribunaux ou autrement?

Je dirais avec emphase, " NON "

Brian Rinaldi : Je ne vois pas comment cette affaire aboutira. Je pense que le cas du développeur est beaucoup plus fort, mais ne fait que commencer. Étant donné que le litige de consommation actuel a commencé il y a 8 ans, nous ne prévoyons aucun changement majeur dans un avenir proche – et Apple ne semble pas s'inquiéter de sa perception monopolistique étant donné qu'ils ont décidé de forcer les développeurs à ne pas seulement utilisez «Connexion avec Apple» mais placez-le au-dessus de toutes les autres options .

Rob Lauer : Je serais d'accord, même si les recours collectifs existants se déroulent, nous sommes ans loin de toute résolution. Ce qui est bien sûr une éternité dans le monde de la technologie.

TJ VanToll : La Cour suprême est réputée pour sa rapidité, alors je suis sûr que tout ira bien. ? Le fait qu'Apple ait créé ce site m'indique que Apple est au moins un peu inquiet.

Rob Lauer : Hmmm … l'idée "ci-dessus" de "Sign in" avec Apple "est nouveau pour moi. Cela semble problématique …

TJ VanToll : C’est Apple en quelques mots. Donner des avantages sérieux aux consommateurs, avoir une mise en œuvre solide, mais faire tout cela de manière à renforcer le contrôle monopolistique d’Apple.

Rob Lauer : En ce qui concerne tout ce processus d’enregistrement (oui, cela sort du cadre de la dont nous parlons aujourd’hui) – J’imagine que l’impact dans la communauté technologique sera considérable (beaucoup d’entre nous étant soucieux de la vie privée). Je ne pense pas que cela va faire son chemin dans l'espace des consommateurs, car la plupart des consommateurs ont déjà choisi un chemin d'authentification.

TJ VanToll : Pour vous amuser, essayez d'expliquer à votre famille pourquoi les adresses e-mail de transfert sont une excellente chose à utiliser.

Rob Lauer : Quelles sont donc les conclusions? 1965

TJ VanToll : Apple est le meilleur et le pire. Les avocats vont être payés.

Brian Rinaldi : Cela me semble correct.

TJ VanToll : Je pense que le jour d’Apple viendra. Le fait que je doive aller sur le Web pour acheter un livre Kindle sur mon téléphone est absurde et ne constitue pas un avantage pour le consommateur. Finalement, un avocat en tirera le meilleur parti, mais qui sait combien de temps cela prendra? Jusque-là, je serai un utilisateur et développeur complice de l'écosystème iOS ?

Rob Lauer : Mon point de vue: les consommateurs bénéficient généralement d'une expérience de magasin d'applications organisée (mais ce n'est pas sans faute). Les développeurs sont probablement plus affectés par la "taxe" de 30%. L'App Store est un monopole, mais puisque les consommateurs en bénéficient généralement, nous avons tendance à regarder ailleurs, aux États-Unis (ce qui est d'ailleurs l'opposé de la manière dont l'UE gère les monopoles). Et enfin, pour le meilleur et pour le pire, rien ne changera dans l'expérience de l'App Store dans un avenir prévisible. Apple a tout intérêt à maintenir le statu quo (et ils sont incroyablement difficiles à perturber, comme le sont actuellement toutes les grandes entreprises technologiques: Facebook, Google, Amazon et Microsoft). Quel hé… ça pourrait être notre prochaine discussion bavarde!




Source link