Fermer

novembre 21, 2019

Google prend enfin position sur les publicités politiques soumises à des restrictions en matière de micro-ciblage2 minutes de lecture

Google prend enfin position sur les publicités politiques soumises à des restrictions en matière de micro-ciblage



Google est devenu la dernière entreprise à reconsidérer son approche en matière de publicité politique.

Le géant de l'internet a annoncé une campagne de répression des annonces politiques qui empêche les annonceurs de cibler des annonces basées sur les tendances politiques des électeurs ou dossiers d'électeurs publics.

Décrivant sa nouvelle approche en matière de micro-ciblage des publicités électorales, la société a déclaré limiter les publicités aux électeurs en fonction de leur âge, de leur sexe et de leur emplacement général au niveau du code postal.

le ciblage contextuel – c'est-à-dire la diffusion d'annonces aux personnes en fonction de leurs habitudes de lecture ou de surveillance sur un sujet particulier – sera toujours autorisé.

Ces pratiques vont dans le sens de «longue des pratiques établies "dans des médias tels que la télévision, la radio et la presse écrite, a déclaré Google.

Le goliath des recherches cherche à appliquer les nouvelles règles au cours de la semaine à venir au Royaume-Uni avant les élections générales le mois prochain, avec le déploiement à l'échelle de l'UE d'ici la fin de l'année et une mise en œuvre plus large dans le monde entier à compter du 6 janvier 2020.

Le mouvement intervient à la suite de Facebook et Twitter adoptent des positions polaires en ce qui concerne le contrôle des publicités politiques sur leurs plateformes respectives.

Facebook a maintenu sa position selon laquelle il accepte les publicités politiques même si elles contiennent de fausses déclarations, alors que Twitter les a totalement interdites. Pour sa part, Snapchat a déclaré qu'il vérifierait les faits et passerait en revue toutes les annonces du réseau social.

Google, qui était resté en grande partie à l'écart du débat jusqu'à présent, prend clairement un juste milieu. en limitant la micro-cible basée sur les élections, qui – bien que contrastant nettement avec Facebook – ne finit pas par devenir une interdiction générale.

Mais compte tenu de l'emprise de Google sur l'écosystème de la publicité, le développement va bouleverser les plans numériques pour campagnes lors des élections présidentielles américaines de 2020.



Source link