Fermer

novembre 26, 2022

Examen de la popularité du low-code/no-code en Afrique et de son éventail de perturbations pour les DSI9 minutes de lecture



Le codage est une tendance éducative en Afrique depuis de nombreuses années, et des écoles et des mouvements ont été créés en réponse à un besoin et une nécessité pressants à l’ère numérique. C’est toujours le cas aujourd’hui, sauf que les entrepreneurs et les entreprises commencent maintenant à adopter des outils pour créer des applications et développer des services qui ne nécessitent pas de codage. Ceux qui ont franchi le pas tentent de maximiser le vaste potentiel de ces outils en sensibilisant davantage le plus grand nombre à leur sujet dans un continent où la familiarisation avec les techniques numériques n’est pas avancée.

Certains entrepreneurs africains se sont lancés dans une mission d’universalisation de ces outils puisque de nombreux professionnels des TIC rapportent que l’analphabétisme numérique en Afrique est toujours une réalité préoccupante.

Dans son étude de 2021 sur l’état du développement low-code/no-code dans le monde et la manière dont différentes régions l’abordent, la société américaine de cloud computing Rackspace Technology a déclaré que dans la région EMEA, le niveau d’utilisation est inférieur à la moyenne mondiale.

La rapport montre que le plus grand obstacle à l’adoption dans cette région peut être le scepticisme quant aux avantages, et de toutes les régions, l’EMEA est la moins susceptible de dire que le low-code/no-code est une tendance clé. C’est également la seule région où les avantages peu clairs constituent l’une des trois principales raisons de ne pas adopter le low-code/no-code.

« Il est possible que les organisations de la région EMEA n’aient pas autant de modèles pour une implémentation low-code/no-code réussie, car les organisations EMEA qui l’ont implémentée n’en voient peut-être pas le plus grand avantage », indique le rapport. « Quarante-quatre pour cent disent que la capacité d’accélérer la livraison de nouveaux logiciels et applications est un avantage – le pourcentage le plus bas de toutes les régions.

Certains pays d’Afrique de l’Ouest, comme le Bénin, comprennent que les outils low-code/no-code sont innovants et perturbateurs pour la communauté des DSI, mais ne sont pas universellement reconnus. « L’idée générale est que le low-code/no-code n’est pas encore assez mature pour être utilisé à grande échelle du fait de son application à des cas précis où les besoins et les contraintes de sécurité sont faibles », explique Maximilien Kpodjedo, président de l’association CIO. du Bénin et conseiller numérique du président béninois Patrice Talon. « Ces technologies sont au stade exploratoire ou à faible utilisation. »

Cependant, il remarque que l’intérêt pour ces technologies augmente parmi les DSI.

« Nous avons des commissions qui travaillent et réfléchissent à des concepts innovants, y compris une commission de DSI », explique Kpodjedo. « Même s’il y a eu des projets, ils sont marginaux à ce stade. Cela pourrait cependant changer dans un proche avenir, grâce à l’intérêt suscité.

Mais d’autres entrepreneurs en ont profité et souhaitent que d’autres bénéficient de ce qu’ils ont vu dans ces outils. Les acteurs et les dirigeants des incubateurs et des mouvements éducatifs font ce qu’ils peuvent pour le bien des acteurs des secteurs technologiques et non technologiques.

Beaucoup deviennent coachs ou consultants low-code/no-code pour les entreprises tandis que d’autres au sein d’incubateurs ou de mouvements mènent des actions de sensibilisation et de formation sur ces technologies.

C’est presque un jeu d’enfant pour certains entrepreneurs qui l’utilisent pour automatiser des tâches triviales ou créer des logiciels internes pour leur entreprise. Ils n’ont pas besoin d’être des experts en codage ou même d’avoir une connaissance approfondie des TIC. Ils tombent parfois sur une technologie par hasard et finissent par l’adopter car ils en voient l’importance et les avantages.

C’est une réalité décrite par la Kenyane Maureen Esther Achieng, PDG de Nocode Apps, Inc., qui s’est lancée dans les technologies sans codage en suivant les conseils de Mike Williams, autrement connu sous le nom de Yoroomie, un ami qui a construit et lancé une communauté de marché en ligne pour la musique. location de studio Studiotime en une nuit sans code.

« Depuis lors, grâce à une auto-apprentissage constante et à d’innombrables mentorats de la part de certains des meilleurs coachs de l’espace mondial sans code, j’ai aidé des centaines de personnes à se lancer dans la technologie », a-t-elle déclaré.

Achieng a maintenant adopté la technologie comme sa « mission divine ». Son entreprise est spécialisée dans la formation d’entrepreneurs non techniques et de start-ups, et elle enseigne aux gens comment tirer parti de la technologie sans code pour lancer leurs applications et sites Web en quelques heures sans écrire de code ni embaucher de développeurs.

En République démocratique du Congo en Afrique centrale, l’ingénieur logiciel Bigurwa Buhendwa Dom n’a également découvert aucun code d’un parent.

« Je n’avais aucune idée qu’une telle technologie pouvait exister ou du moins être aussi avancée », dit-il. « En tant qu’ingénieur logiciel, mettre en place une application fonctionnelle ou même une démo est un vrai challenge. Cela prend des mois ou des années dans certains cas. J’ai été fasciné par la rapidité avec laquelle vous pouvez construire un prototype ou une version d’essai avec une telle technologie, qui réduit immédiatement les coûts et vous permet de tester l’idée sur le marché.

Il propose maintenant des consultations indépendantes dans son pays où il a remarqué que la plupart des gens ne savent pas de quoi il s’agit.

Un environnement simple pour les entreprises

Les entreprises publiques et privées voient également une opportunité pour ces services. Au Cameroun, par exemple, l’autorité du crédit foncier mise sur une plateforme agile en low code adaptée aux besoins de développement d’applications, ainsi que sur la fourniture des licences nécessaires à la mise en place d’une telle plateforme, son fonctionnement, et la production de rapports .

Au Sénégal et au Gabon, la multinationale française Bolloré Transports et Logistics utilise la solution Power Platform de Microsoft pour fournir aux employés qui l’utilisent un environnement simple pour créer des logiciels applicatifs sans passer par la programmation informatique traditionnelle, selon Microsoft, qui a accompagné les équipes avec des ateliers de formation en amont, ajoutant que cette approche low-code/no-code a permis aux collaborateurs de Bolloré de développer leur créativité en s’appropriant les outils de création d’applications, et d’aller vers des processus plus rapides, plus intelligents et optimisés.

Pour Jean-Daniel Elbim, directeur de la transformation digitale chez Bolloré, ces outils permettent de donner plus de contrôle aux opérationnels, mais aussi d’apporter plus d’agilité aux équipes locales.

« Évidemment, les données doivent être gérées », dit-il. « Nous devons définir un cadre, et il doit y avoir un groupe d’experts au niveau central, disponible pour répondre aux problèmes locaux. »

Évangélisation et services altruistes

Au Tchad, l’expert en TIC Salim Alim Assani est co-fondateur et directeur de WenakLabs, un laboratoire médiatique et un incubateur technologique décrit comme une niche de talents geeks tchadiens. Selon lui, le low code fait partie du quotidien des entrepreneurs du groupe.

« Nous utilisons cet outil pour mettre en place des sites Web et des produits minimum viables pour nos entrepreneurs », dit-il. « C’est un vrai succès sur des projets qui demandent peu de personnalisation en termes de fonctionnalités, des sites vitrines aux simples applications mobiles par exemple. Nous proposons également de nombreuses formations dans ce domaine. Dans le cadre de certains projets, nous avons initié 50 jeunes femmes à l’utilisation du low code, notamment à la conception de sites internet avec WordPress. Dans le même cadre, nous formons 25 référents digitaux, dont le quotidien professionnel sera centré sur le low code. Nous organisons aussi régulièrement des événements de sensibilisation sur la question.

Sesinam Dagadu fait également un usage intensif du no code chez SnooCode, une solution de localisation numérique au Nigeria. Basé à Londres, il est le fondateur et CTO de ce système alphanumérique qui permet de stocker, de partager et de naviguer des adresses, même sans accès Internet ou cellulaire.

« Je pense que le plus grand endroit où nous n’avons pas utilisé de code est notre site Web », dit-il. « Nous créons des systèmes pour permettre aux personnes qui s’appuient sur SnooCode de le faire en utilisant des technologies sans code. »

Aller de l’avant sans développeurs coûteux

Dagadu apprécie qu’il puisse se passer d’un développeur pour utiliser ces outils même s’il en utilisait un au départ, ce qui lui coûtait cher.

« Au début, nous devions employer un développeur Web qui faisait beaucoup de travail, mais cela semble horrible d’utiliser une technologie comme Square Space », dit-il. « En Afrique, les coûts de développement sont très élevés et ne peuvent être pris en charge que par des entreprises disposant de beaucoup de financements. Mais avec la croissance du low-code/no-code, davantage de personnes ayant des idées brillantes peuvent les concrétiser sans avoir besoin de développeurs coûteux.

Il a noté qu’en raison du problème de popularité en Afrique de ces outils, les gens croient que chaque fois qu’ils ont une idée pour mettre en œuvre une application ou une technologie, ils doivent recourir à un développeur d’applications. Mais en codant moins ou pas du tout, il y a une entrée plus facile dans le code dur selon Assani de WenakLabs. « C’est un moyen d’être visible rapidement, de proposer ses services au monde entier sans recourir aux compétences d’un développeur. Surtout, vous apprenez par l’expérimentation.

Il y voit une opportunité d’élargir la voie de l’accès et de l’entrée numériques à travers l’Afrique. En effet, les entrepreneurs pensent que ces outils démocratiseront la technologie et résoudront de nombreux problèmes. « Cette démocratisation pourrait permettre d’utiliser Nocode Apps pour résoudre les problèmes les plus difficiles non seulement au Kenya mais en Afrique en général », déclare Achieng. « Les problèmes africains ont besoin de technologie parce que la population est jeune, férue de technologie et utilise beaucoup Internet, il est donc dans l’intérêt des Africains de s’embarquer et d’avoir un leadership plus proactif et compétent, en particulier dans l’informatique, pour prendre des décisions judicieuses qui reflètent la vitesse à laquelle la technologie et les affaires évoluent.




Source link

novembre 26, 2022