Fermer

juin 24, 2022

Que se passe-t-il si nous plaçons une IA « sensible » dans un cerveau créé en laboratoire ?4 minutes de lecture



Une équipe de scientifiques de la Max Planck Society a récemment publié nouvelle recherche étonnante indiquant qu’ils ont poussé le domaine des «organoïdes» vers une nouvelle frontière audacieuse.

À l’avant: Les organoïdes sont des constructions biologiques synthétiques qui imitent les organes humains à divers degrés.

Les scientifiques cultivent des organoïdes en programmant des grappes de cellules souches. Essentiellement, ils alimentent les clusters avec les composants nécessaires pour stimuler leur croissance, puis ils utilisent une série de limiteurs pour les guider afin qu’ils deviennent le type d’organoïde que nous voulons.

Salutations, humanoïdes

Abonnez-vous à notre newsletter maintenant pour un récapitulatif hebdomadaire de nos histoires préférées sur l’IA dans votre boîte de réception.

L’espoir ultime est que nous serons en mesure de développer des analogues d’organes – des organoïdes synthétiques du foie ou du cerveau, par exemple – que nous pourrons utiliser pour faire progresser nos connaissances scientifiques et médicales.

En ce qui concerne le monde de la science, il y a un manque extrême d’organes humains sains disponibles pour une étude invasive. Si nous pouvions cultiver nos propres faux pour les hacher, pomper plein de médicaments expérimentaux et faire d’autres trucs scientifiques, cela pourrait révolutionner la façon dont nous traitons les blessures, les maladies et le vieillissement. Mais ce genre de choses pourrait être loin.

Comme vous pouvez l’imaginer, la croissance de cerveaux synthétiques est incroyablement complexe.

Arrière plan: La grande nouvelle de la recherche de la Max Planck Society concerne le développement d’un type particulier de cellule dans les organoïdes cérébraux de l’équipe.

Selon les recherches de l’équipe, leurs organoïdes ont produit des cellules « glie radiale externe », un type de cellule souche qui, selon les scientifiques, est responsable du développement des hémisphères cérébraux humains et primates.

Il s’agit d’une découverte importante car, comme mentionné ci-dessus, il est difficile de trouver des cerveaux sains à étudier qui contiennent ces cellules particulières.

L’autre contribution majeure de l’équipe Max Planck, avec ce travail, est la mise au point d’un protocole qui produit systématiquement les résultats souhaités.

Comme vous pouvez l’imaginer, la croissance de cerveaux synthétiques est incroyablement complexe. Pour bien faire les choses, il a fallu jusqu’à présent des décennies d’essais et d’erreurs.

Avec le temps, cette recherche pourrait conduire à des cultures cérébrales plus robustes. Qui sait, il est possible que les scientifiques du futur finissent par créer un cerveau humain synthétique identique à la réalité.

Ce qui soulève la question, que se passe-t-il si nous connectons un implant cérébral à un cerveau synthétique fonctionnel ?

Prise bizarre : Entreprises comme Neuralink affirment qu’ils sont sur le point de développer des implants invasifs qui seront éventuellement insérés dans des cerveaux humains sains à des fins d’augmentation.

Neuralink réclamations il va effectuer des essais sur l’homme d’ici la fin de 2022, mais nous ne retenons pas notre souffle. Notre interprétation de cette déclaration est qu’Elon Musk (le fondateur de Neuralink) a mis la société sur une liste d’attente pour mener une étude auprès de patients médicaux qui ont déjà des implants cérébraux invasifs à des fins médicales.

Il est difficile d’imaginer un scénario où un organe directeur ayant le pouvoir d’approuver une telle demande le ferait réellement.

Cela étant dit, rien n’arrête le progrès. Un jour, les humains auront des implants cérébraux fonctionnels. Et quoi de mieux pour les tester que sur des cerveaux synthétiques qui imitent le vrai ?

Cette technologie semble loin. Mais il en va de même pour les cerveaux synthétiques qui imitent les cerveaux humains. Et, d’ailleurs, il en va de même pour l’intelligence artificielle au niveau humain.

Il va de soi que ces trois technologies se croiseront inévitablement. À un moment donné, si les organoïdes atteignent une véritable capacité analogique, l’IA devient intelligence artificielle généraleet les interfaces cerveau-ordinateur peuvent interpréter le langage unique du cerveauon ne sait pas quel genre d’« êtres » nous pourrions réunir.




Source link

0 Partages