Fermer

mai 6, 2019

Pourquoi la scène de la start-up européenne est à la traîne de celle des États-Unis6 minutes de lecture

Why the European Startup Scene Lags Behind the U.S. One


Malgré les progrès réalisés en Europe, des changements doivent être apportés.


5 min de lecture

Les opinions exprimées par les contributeurs de l'Entrepreneur sont les leurs.


En travaillant à la fois dans la Silicon Valley et dans l'écosystème entrepreneurial européen, nous avons découvert notre part de contrastes entre les deux.

  • Un sondage indique que les start-up technologiques européennes sont à la traîne par rapport à l'Amérique et à l'Asie en matière de valorisation (Europe: 240 milliards de dollars, Asie: 675 milliards de dollars et 1,37 USD).

  • En 2016 les investissements en capital-risque dans l’UE s’élevaient à 6,5 milliards d’euros (8 milliards de dollars), soit une fraction des presque 40 milliards d’euros investis aux États-Unis la même année. Bien que le PIB de l'Union européenne (18,9 billions de dollars) par rapport aux États-Unis (18,3 billions de dollars) soit presque identique, les entreprises américaines ont levé beaucoup plus de tournées de financement.

  • Selon les derniers rapports 2 063 startups européennes sont avec un profil de collecte de fonds sur la plate-forme AngelList, comparé à 2 270 startups basées aux États-Unis. Le «montant moyen» déclaré par les start-up européennes (298 705 $) était inférieur à celui des startups américaines (443 859 $).

Alors, pourquoi de nombreuses startups européennes ne réunissent-elles pas un capital similaire à Silicon Valley?

Manque d'accès à énorme capital de financement

Une des raisons pour lesquelles les startups européennes ont du mal à rattraper les start-up de Silicon Valley est le manque d'accès à des financements énormes. Les fonds de capital-risque sont plus maigres en Europe. Il arrive un moment dans la chronologie d’une startup où le succès ou l’échec est déterminé par la quantité d’argent injecté dans la société. La Silicon Valley compte de nombreux gros investisseurs à risques, alors que les écosystèmes européens dotés de nombreuses opportunités de financement de démarrage manquent d'investisseurs à financement élevé, même après avoir enregistré de grandes ventes.

Après avoir créé une société en Europe, nous avons constaté que les investisseurs européens étaient sceptiques et prudents par écrit. un chèque. Ils sont plus préoccupés par les rendements des prochaines années que par la croissance de l'entreprise. La différence est immense par rapport à Silicon Valley, où les investisseurs sont davantage axés sur la croissance sans se soucier de la génération de revenus immédiats. Les startups de la Silicon Valley ont accès à leurs fonds dans un délai d'un mois, tandis que les startups européennes doivent attendre jusqu'à six mois

Moins de ressources intellectuelles

La proximité des meilleurs talents a toujours été une préoccupation majeure des entrepreneurs européens. Selon le dernier classement mondial des universités (2018-2019), sept des dix meilleures universités se trouvent aux États-Unis et trois en Europe. Les universités européennes sont derrière leurs homologues américaines. De nombreux esprits brillants ont préféré choisir les États-Unis pour améliorer leurs compétences, ce qui a entraîné une pénurie de talents en Europe.

Pour résoudre ce problème, vous pouvez inviter des pigistes étrangers et constituer une équipe à distance. . Nous avons eu une situation similaire avec notre entreprise. Nous avons eu du mal à trouver un développeur et, après des mois de recherche, nous avons réussi à lui trouver les compétences requises.

Malheureusement, rares sont les entreprises qui ont besoin d'une équipe interne dédiée au développement logiciel et au support informatique. Dans ces scénarios, le recrutement à l'étranger n'est pas un choix viable.

Se concentrer sur les revenus plutôt que sur la croissance

La Silicon Valley utilise un mécanisme rapide moderne: progresser et échouer rapidement! C'est un paradis pour les preneurs de risques entraînés par l'adrénaline, alors que l'écosystème européen a adopté une approche conservatrice. Il fonctionne selon le principe de «prévention des échecs» plutôt que «d'échec et d'apprentissage». Les startups de la Silicon Valley sont autorisées à adopter ce mécanisme en raison des importantes réserves de talents, du capital financier important et des investisseurs épris de risques, contrairement à l'Europe, où Les possibilités de lever de gros capitaux sont minces.

Cela a forcé les entrepreneurs européens à générer des bénéfices à leurs débuts pour survivre plutôt que de se concentrer sur leur expansion, alors que les investisseurs de Silicon Valley permettent aux startups de se développer et de se développer de manière exponentielle sans anticipation immédiate de revenus. Pas étonnant que leurs valorisations soient supérieures à celles des startups européennes. Une telle situation où la croissance est négligée au profit de la génération de revenus a entraîné la chute de nombreuses entreprises en Europe.

Un marché fragmenté plus petit

Les entrepreneurs européens doivent faire face à leur marché fragmenté. Les différents pays de l'Union européenne parlent différentes langues et ont des cultures, des lois, une histoire, des pratiques, un mode de vie différents, etc. Ce qui fonctionne en Allemagne peut ne pas fonctionner en France. Pour cibler l'ensemble de l'Union européenne, les entrepreneurs doivent trouver une formule gagnante qui fonctionne pour la plupart des pays de l'union, contrairement aux États-Unis, où le marché est plus unifié. Le temps et les efforts nécessaires pour traduire le contenu dans diverses langues européennes et comprendre leurs divers marchés ont résisté à la croissance de nombreuses startups européennes.

Selon le Bureau of Labor Statistics d'Eurostat, le taux de chômage dans l'Union européenne est de 6,8% par rapport à 4% aux États-Unis Le chômage entraîne une baisse des ventes et des revenus

Le Brexit est un autre casse-tête à traiter!

Conclusion

Pour attirer les investisseurs, l'Union européenne a convenu d'un nouveau plan dans le but de doubler le montant des investissements en capital-risque et de lever 6,5 milliards d’euros supplémentaires sur un financement initial de 410 millions d’euros de fonds publics. L’association européenne du capital-risque et du capital-investissement a salué cette initiative comme un grand pas en avant pour l’investissement dans l’innovation. Les progrès sont constants, mais la question est de savoir si l’écosystème européen peut défier la Silicon Valley.

Au contraire, l’aspect positif d’un petit écosystème est qu’il est plus économique pour le marketing, le développement de clients fidèles et la domination d’un marché. Par conséquent, les entrepreneurs peuvent monétiser plus rapidement et générer des revenus plus tôt.



Source link