Fermer

avril 21, 2018

L'essai de 8 000 mots du co-fondateur de Wikipédia sur comment construire une meilleure Wikipedia47 minutes de lecture




Je suis tombé par hasard dans ma mission – cela a certainement semblé être un accident que Wikipédia a décollé avec autant de succès. C'était peut-être ce que nous voulions et ce que nous avions prévu, mais ça a été une surprise pour moi comme pour tout le monde. Quoi qu'il en soit, le succès de Wikipédia a conduit à une découverte sur moi-même, que – au moins en ce qui concerne les projets Internet – je veux développer des communautés dans lesquelles les gens se rassemblent pour améliorer les connaissances du monde.

à plus petite échelle au milieu des années 1990, avec des groupes de discussion universitaires. Ces groupes sont en fait comment Jimmy Wales (l'autre co-fondateur de Wikipedia) et moi avons appris à se connaître. Je crois encore beaucoup à l'idéal de collectionner «la somme totale des connaissances humaines». C'est, je pense, une mission très utile

mais je crois aussi que nous pouvons faire beaucoup mieux que Wikipédia

. Je suis un philosophe dans l'âme, bien que je n'aie pas enseigné à l'université depuis plus de dix ans; il n'a jamais été un de mes grands objectifs de devenir riche, célèbre ou puissant. Je n'ai jamais été tiré par l'ambition ordinaire et l'avarice; Je suis facilement le plus pauvre fondateur d'un site Web top-dix. On m'a offert beaucoup d'emplois dans les centres de pouvoir, que j'ai refusés. Je vis dans une banlieue de Columbus, en Ohio, évitant délibérément les côtes coûteuses et compétitives. Ce n'est tout simplement pas mon sac – pas d'offense à ceux pour qui c'est leur sac.

Mais j'aime toujours construire des choses; J'ai beaucoup d'idées. Une idée dominante anime tous les autres: nous pouvons créer des productions de connaissances fantastiques lorsque nous nous réunissons en ligne dans de nouvelles configurations. Nous ne savons toujours pas quelles sont les meilleures configurations. Les plus grands sont encore à venir.

Bien que je sois un fan dévoué de la connaissance (ma spécialisation de doctorat était l'épistémologie), je suis aussi un sceptique philosophique. La ​​connaissance est difficile, pas facile ; cela demande une étude difficile. C'est un fait, mais la plupart des projets d'information en ligne ne l'ont toujours pas appris.

Bien sûr, Internet a été une aubaine pour les apprenants. Vous pouvez apprendre beaucoup des contributions collectives aux encyclopédies en ligne, YouTube des sites de questions / réponses, des blogs, des cours en ligne, etc. Par exemple, j'ai commencé à étudier Ruby en 2016, et cela a été plus facile que d'apprendre Perl en 2002, grâce à FreeCodeCamp, Codecademy, Stack Overflow, et des millions de blogueurs.

En même temps, la facilité et l'attrait une information rapide a rendu les connaissances plus substantielles moins attrayantes. Les connaissances de fond sont complexes et donc plus difficiles à obtenir et à conserver et moins susceptibles de flatter nos hypothèses simplistes

Encore une fois, nous avons plus de matériel de lecture et de visionnement que jamais auparavant, offert par des créateurs du monde entier. Mais la qualité de notre matériel de lecture et de notre compréhension semble avoir diminué.

Il est temps d'améliorer la qualité de nos connaissances. Mais comment?

Qu'est-ce qui ne va pas avec Wikipedia?

Beaucoup de choses ont été écrites sur les débuts de Wikipédia, et beaucoup de gens ne savent pas pourquoi je critique quelque chose que j'ai aidé à créer. Ils pensent qu'ils comprennent, mais ils ne le font pas vraiment. Alors clarifions quelques choses.

Je ne suis pas un fan de l'ancien système éditorial de Nupedia. C'était cassé. Comme l'a dit Jimmy Wales en 2001 : "Larry a eu l'idée d'utiliser un logiciel Wiki pour un projet séparé." Wikipédia était mon idée, oui, je le comprends bien . J'étais probablement le premier à comprendre ce qui se passait à n'importe quel niveau profond, en grande partie parce que les politiques que j'ai promues font partie de la raison pour laquelle cela a fonctionné.

Je ne veux pas d'experts " contrôle. »Comme je l'ai déjà dit plusieurs fois, ce n'était pas l'idée derrière Citizendium une autre encyclopédie wiki que j'ai commencé. Je pense simplement que les experts devraient avoir un rôle modéré et discret, proportionné à leur valeur modérée pour des projets comme Wikipedia. Je pense que les projets de collaboration devraient être gouvernés démocratiquement – je l'ai toujours fait.

Je ne veux pas que les articles et les modifications soient approuvés avant d'être rendus visibles à tous. Je me suis converti immédiatement et facilement à la philosophie open source de «libérer tôt, sortir souvent». Mon enthousiasme pour cette idée est pourquoi j'ai proposé de créer une encyclopédie wiki le soir même où j'ai découvert les wikis pour la première fois

cela explique ma déception avec Wikipedia. C'est très, très simple:

Pourquoi? Nous pourrions entrer dans les mauvaises herbes ici. Par exemple, Wikipédia n'engage pas les femmes presque autant que les hommes. C'est un problème. Si autant de femmes que d'hommes ont édité Wikipédia, il aurait 22 000 contributeurs réguliers au vote, au lieu des 12 000 qu'il a aujourd'hui. Un autre détail est que Wikipedia supprime trop d'articles et ne va pas assez loin dans de nombreux sujets importants pour les chercheurs. Les " suppressionnistes " ont gagné après mon départ; J'ai toujours été un «inclusionniste.»

Mais j'ai commencé la fichue chose, donc naturellement je ne pense pas en termes de changements progressifs. Je pense aux grandes opportunités manquées et aux améliorations spectaculaires:

  • Oubliez des dizaines de milliers – pourquoi Wikipédia n'a pas millions de contributeurs réguliers au vote?
  • Pourquoi Wikipédia n'a-t-elle qu'un seul article sur chaque sujet? Avec l'énorme quantité de trafic qu'il reçoit aujourd'hui, en 2018, il pourrait sûrement y avoir beaucoup d'articles concurrents. Il pourrait y avoir de la concurrence. Les Wikipédiens ont-ils peur de la concurrence?
  • Pourquoi les articles et les versions d'articles de Wikipedia ne sont-ils pas évalués par les experts et par le grand public? Pourquoi ces évaluations ne sont-elles pas publiées publiquement? Wikipedia ne fait-il pas confiance au grand public pour évaluer son contenu?
  • Pourquoi n'est-il pas beaucoup plus facile de contribuer – et de bien des façons différentes? Nous pouvons sûrement le rendre beaucoup plus facile. Pourquoi devons-nous utiliser cette mauvaise interface éditoriale des années 1990?
  • Et pourquoi Wikipédia est-elle si insulaire, chassant souvent de nouveaux contributeurs pour des problèmes mineurs et sondant rarement ses lecteurs sur ce qu'ils veulent? On a le sentiment que les Wikipédiens écrivent pour eux-mêmes, pas pour nous.

Wikipedia est utile, mais ce n'est pas suffisant. C'est beaucoup trop petit (oui, small ), mal écrit, de mauvaise qualité et non détaillé. La raison fondamentale de la médiocrité de Wikipédia est qu'elle est insulaire: elle n'a pas réussi à s'engager pleinement avec l'humanité entière

c'est mieux. Pourquoi n'y a-t-il pas plus de gens qui contribuent à Wikipedia

Je ne connais pas le nombre exact, mais étant donné qu'il y a eu récemment [3,7 millions d'Américains avec un doctorat] il doit y avoir des dizaines de millions de personnes titulaires d'un doctorat dans le monde. Mais vous n'avez pas besoin d'un diplôme d'études supérieures pour écrire un bon article d'encyclopédie sur de nombreux sujets. Il y a 45 millions d'Américains avec des baccalauréats; il est raisonnable de supposer qu'il y a des centaines de millions de personnes ayant des diplômes universitaires dans le monde entier.

Et combien d'entre elles résument et précisent régulièrement le meilleur de leurs connaissances sur l'encyclopédie la plus lue de la planète, la cinquième site Web populaire? Seulement 12 000 personnes ont fait assez de travail (et ce n'est pas beaucoup) pour pouvoir voter sur les administrateurs de Wikipédia en anglais.

C'est un gros problème, plein de possibilités: Comment pouvons-nous obtenir beaucoup plus de gens travaillant sur des articles encyclopédiques? ? Sans doute, des millions de personnes ont contribué à Wikipedia (il y a 33 millions de comptes d'utilisateurs ). Mais seulement une infime fraction de ces gens sont encore au travail.

Alors, pourquoi les gens ne contribuent-ils pas plus à Wikipédia?

Si vous leur demandez simplement, peut-être que la raison la plus courante est – qu'il semble juste difficile de contribuer à. C'est une corvée pour beaucoup de personnes non-techniques d'apprendre même un simple langage de balisage. Pire, la plupart des gens n'ont pas la patience de lire beaucoup de politiques.

Mais ce n'est même pas la moitié. Une remarque courante sur Wikipédia est que c'est extrêmement utile, mais vous ne voulez pas voir comment la saucisse est faite. La communauté Wikipedia peut être merveilleusement généreuse avec son temps, mais elle est aussi dysfonctionnelle; il a l'habitude de chasser les gens.

Les connaisseurs locaux annulent les éditions parfaitement bonnes, citant les règles labyrinthiques mal comprises de Wikipédia avec une soupe alphabétique d'acronymes que seul un bureaucrate pourrait aimer.

Les amateurs narcissiques qui ont lu un livre sur un sujet exigent que leur magnifique prose soit prise avec autant de sérieux que celle d'experts qui ont passé leur vie à écrire sur un sujet.

Les rédacteurs en chef surveillent de près les articles et aboient les passants qui empiètent sur leur pelouse sans d'abord caresser leur ego.

Idéologues avec traction et l'ancienneté tordent la politique de neutralité de Wikipédia afin que seule leur vue est considérée comme "neutre", et si vous vous plaignez sans obéir correctement, ils vont enrôler leurs alliés pour faire justice à la foule Lord of the Flies – style

Et si, comme cela arrive inévitablement dans un tel endroit, certaines personnes s'impatientent et s'énervent devant un tel traitement injuste, elles doivent tolérer la condescendance passive-agressive des sous-sols qui les informent, apparemment avec pas de conscience des ironies impliquées, que la courtoisie est une exigence absolue. Si la personne bouleversée n'est pas immédiatement mise en colère pour avoir exprimé sa colère trop vigoureusement, elle doit endurer un processus de règlement des différends qui rend encore plus clair que les détenus gèrent l'asile.

La culture de Wikipedia n'est pas pour tout le monde . Mais tu sais quoi? Quels que soient ses mérites, cela convient parfaitement à certaines personnes et, encore une fois, la communauté produit un travail utile. La culture de Wikipedia ne séduit pas certaines personnes, et si on n'avait pas à négocier avec elle pour contribuer à l'encyclopédie en ligne, je n'y verrais aucun inconvénient. Que mille fleurs s'épanouissent.

Peut-être avons-nous besoin de plus d'une communauté

Quel est mon propos? J'en ai un – en fait, une série d'entre eux.

Tout d'abord, Wikipedia est un type de communauté en ligne, qui fait appel à un groupe démographique assez étroit (geek, combatif). Et, surtout, il ne fait pas appel à beaucoup d'autres démographies.

Deuxièmement, le nombre de personnes potentiellement motivées pour contribuer à un projet encyclopédique ou autre mine complètement la base contributive réelle de Wikipédia, probablement par deux ou trois ordres de grandeur. Des millions de contributeurs actifs attendent dans les coulisses, je pense.

Dans ce cas, pourriez-vous dire, pourquoi ne pas démarrer un projet qui ne dépend pas tellement d'une population en particulier? Peut-être que le problème est que beaucoup de gens très différents sont tenus de négocier sur un seul et même article. Alors pourquoi ne pas laisser des gens différents soumettre des articles concurrents sur le même sujet?

En fait, en 2000, nous avons considéré cette idée dans nos premières discussions sur Nupedia, le projet qui a donné naissance à Wikipedia l'année suivante. Nous avons cependant abandonné la notion d '«articles concurrents» dès le début, car nous ne pensions pas qu'il y aurait suffisamment d'intérêt à écrire de multiples articles concurrents sur les mêmes sujets.

Huit ans plus tard, Google a réellement essayé idée, avec Knol . Knol a échoué, en partie parce que Wikipedia était encore dans la partie la plus abrupte de sa courbe de croissance et a aspiré l'air de tous les projets concurrents. Mais c'était aussi en partie parce que Knol avait toujours une seule communauté, avec un ensemble de règles, et un groupe de personnes qui votaient des articles de haut en bas. Les rédacteurs de Knol écrivaient toujours pour une organisation, Google, et – je me souviens d'avoir essayé et réfléchi – si vous n'étiez pas le meilleur dans la communauté Knol, alors à quoi ça sert? Et qui veut écrire pour bénéficier Google, de toute façon?

Ce train de pensée m'a conduit à une conclusion il y a quelques années: Peut-être, juste peut-être, il n'y a pas de communauté unique. cela pourrait éventuellement satisfaire tous les futurs encyclopédistes.

Cette idée semble évidente, rétrospectivement. Les auteurs compétents viennent dans beaucoup de variétés. Il est peu probable qu'une communauté puisse en appeler à tous. Mais même cela n'est pas assez fort; vous ne pouvez sûrement pas créer une communauté d'écriture d'encyclopédie et obtenir l'intérêt de plus d'une fraction de tous les écrivains disponibles. Ce n'est simplement pas possible. Si vous voulez tirer parti de la puissance intellectuelle de l'humanité, vous devez le faire d'une autre façon.

GreaterWiki

Les problèmes des encyclopédies en ligne m'exercent depuis longtemps. Cela a commencé lorsque j'ai commencé à travailler sur Nupedia en janvier 2000. En février 2002, l'éclatement de la bulle Internet m'a mis au chômage. Environ un an plus tard, j'ai fait une scission plus permanente avec Wikipedia, parce que Jimmy Wales a refusé de freiner les contributeurs au problème dont le mauvais comportement empoisonnait la communauté.

Mais je n'en avais pas fini avec les encyclopédies. J'ai commencé et conseillé d'autres références et sites éducatifs depuis lors; Je me considère comme un «organisateur de connaissances en ligne». Je me suis toujours senti en partie responsable des maux de Wikipédia, alors je suis devenu l'un des critiques de Wikipédia. Toujours, dans le fond de mon esprit, je me suis demandé comment améliorer le modèle Wikipédia.

En 2015, une idée m'a frappé: Pourquoi ne pas décentraliser la tâche de créer une encyclopédie? L'objectif du problème serait de recueillir les meilleurs articles sur tous les sujets déjà en ligne et d'encourager plus à être écrit. Plutôt que d'exiger une collaboration sur un article, n'importe qui pourrait soumettre un article sur n'importe quoi – hébergé n'importe où – à la base de données de ce projet. Wikipédia lui-même pourrait faire partie de la collection.

Mais ce n'était pas tout, étant essentiellement un moteur de recherche. La partie vraiment intéressante de l'idée est que les articles seraient notés par le public, et les évaluateurs se marqueraient eux-mêmes avec leurs identités, affiliations et références – et seraient en mesure de se soutenir mutuellement dans le style LinkedIn. Un système décentralisé permettrait à quiconque d'utiliser les données sur les évaluations (et les évaluateurs) de manière créative. Je l'ai appelé provisoirement "GreaterWiki."

Contrairement à Knol, GreaterWiki ne constituerait pas une communauté; contrairement à Wikipedia, ses contributeurs ne développeraient pas un article article par sujet; et contrairement à tout autre projet d'encyclopédie, aucune entreprise ne pourrait en bénéficier. Les gens pouvaient contribuer à n'importe quel nombre de projets d'encyclopédie, ou simplement soumettre des articles individuellement, et les articles seraient rassemblés en un seul endroit. En d'autres termes, toutes les données seraient rassemblées dans une base de données unique, décentralisée, à contenu ouvert (Creative Commons) sur laquelle de nombreuses personnes pourraient s'appuyer et utiliser de nombreuses façons.

Cette idée de base – que je développerai plus tard – est extrêmement puissant. Vous pouvez afficher les meilleurs articles en fonction de différentes données démographiques: experts avec mentions, socialistes français, programmeurs, femmes, chrétiens, musulmans, etc. Les utilisateurs peuvent recalculer les évaluations d'articles en fonction de différentes pondérations d'identités et de qualifications différentes, de quelque manière qu'ils le souhaitent. 19659002] Que mille fleurs fleurissent, en effet!

Comment j'ai rejoint Everipedia

N'étant pas un programmeur professionnel, je ne pourrais pas construire moi-même GreaterWiki, et il serait très difficile et long de motiver les autres à construire de tels un système – d'autant plus qu'il y a une telle demande pour les programmeurs. Donc j'ai plus ou moins laissé tomber l'idée. "Un jour," pensai-je.

Au printemps 2016, j'ai eu l'occasion de parler aux fondateurs de Everipedia.org qui était le dernier concurrent de Wikipedia et le plus intéressant depuis [19659120] Citizendium . Ils voulaient que je les rejoigne, et je voulais que certains programmeurs construisent GreaterWiki. Je me suis donc envolé pour L.A. et je les ai rencontrés.

Everipedia aborde certains des problèmes de Wikipédia de front. Il possède une interface WYSIWYG qui facilite grandement la contribution, cachant le code mystérieux du logiciel Wikipedia (MediaWiki) qui fait fuir les utilisateurs non-techniques. Le système de référence facilite grandement l'ajout (et le classement) des sources, et fournit même un moyen intégré pour les personnes ayant des comptes vérifiés de se citer.

Everipedia est également beaucoup plus accueillant pour les nouveaux arrivants. Vous pouvez créer un article sur tout ce que vous aimez, même sur vous-même. Un inclusionniste dans l'âme, qui me plaît. Le monde a besoin de plus d'articles d'encyclopédie, pas moins. Everipedia est construit sur cette idée. J'ai aussi aimé le fait que l'équipe d'Everipedia soit jeune, diverse en idéologie et ethnicité, travailleuse et amusante.

Quand nous nous sommes rencontrés, j'ai été impressionné par Everipedia et ils ont aimé l'idée de GreaterWiki. Mais aucun marché n'a émergé.

Je pensais que personne ne voudrait jamais construire GreaterWiki; J'ai même commencé à apprendre la programmation (Ruby on Rails, JavaScript) pour la construire moi-même.

Mais j'ai pensé qu'il y aurait un problème même si j'avais créé ce site: quel que soit le site web, ce réseau décentralisé aurait une communauté, aussi, et cela chasserait naturellement beaucoup de gens. Ce qu'il faut vraiment, je pense, n'était pas un site Web, mais un protocole ouvert comme RSS ou HTTP lui-même. Mais je savais encore moins comment formuler un tel protocole et le faire largement adopter.

Puis l'un des co-fondateurs et développeurs de Everipedia, Sam Kazemian, m'a appelé en septembre dernier (2017) avec des nouvelles excitantes: Everipedia pensait sérieusement à »

J'avais une idée approximative de ce qu'étaient les blockchains, mais Sam s'est étendu sur le concept et a ensuite suggéré que la blockchain est un ajustement parfait pour les protocoles dont nous aurions besoin pour faire fonctionner quelque chose comme GreaterWiki. J'ai réfléchi; J'ai vu que cela résolvait le problème du protocole que je n'avais aucun espoir de résoudre; Je connaissais déjà les gars. ils ont fait une bonne offre. Donc j'étais accroché. J'ai rejoint l'effort

À quoi ressemblerait une blockchain encyclopédique?

Beaucoup de gens ne savent toujours pas ce que sont les chaînes de blocs ce qui est OK; c'est compliqué. Laissez-moi essayer. Même pour ceux qui le font, j'ai encore besoin d'expliquer à quoi pourrait ressembler une blockchain encyclopédique.

Le type typique d'explication de blockchain est l'engourdissement. Je ne vous blâmerai pas si vous ne pouvez pas passer à travers les paragraphes suivants.

Une blockchain est un ledger de données, composé de "blocs" de données, chacun ayant un entête cryptographiquement haché qui pointe vers le bloc précédent ( c'est pourquoi c'est une chaîne de blocs, et pourquoi elle ne peut pas être éditée, c'est ce qu'on appelle immutable ). La blockchain est copiée in toto sur différents nœuds situés en de nombreux endroits différents, et possédés par de nombreuses entités différentes (donc décentralisé, un peu comme le partage de fichiers peer-to-peer).

La blockchain entière est transformée en réserve de valeur – ce qui signifie que certains blocs (selon le protocole définissant la blockchain) peuvent être achetés ou vendus en tant que jetons ou pièces de monnaie. L'ajout d'un bloc purement financier enregistre simplement une pièce nouvellement créée ou bien le transfert d'une certaine quantité de pièces d'un portefeuille (contrôlé par une personne) à une autre.

Dans le cas de la blockchain de Everipedia, les articles nouvellement proposés (et tout autre contenu), s'ils sont acceptés dans la blockchain, débloqueront une certaine quantité de nouvelle monnaie. Si un nouveau bloc proposé est ajouté à la blockchain est quelque chose qui peut être calculé par tous les nœuds selon un protocole communément accepté. Le premier nœud à effectuer ce calcul et à confirmer l'addition reçoit une petite partie de la valeur (pièce) produite en ajoutant le nouveau bloc.

Peut-être que les aspects les plus importants du concept de blockchain que vous devez comprendre sont ceux-ci: (1) c'est un stock de données (comme une base de données), (2) il est décentralisé, et (3) c'est un magasin de valeur réelle.

Il est également utile de dire ce qu'est une encyclopédie blockchain [19659017] n'est pas:

Enfin, une encyclopédie blockchain résout un problème que je n'essayais même pas de résoudre: permettre aux gens de gagner de la valeur à partir du travail qu'ils font. Le catalogage des connaissances est exigeant en main-d'œuvre. les personnes les plus informées – qui repoussent régulièrement les frontières de la connaissance, plutôt que d'expliquer les bases – peuvent être plutôt fastidieuses.

C'est l'une des raisons pour lesquelles Nupedia et Citizendium n'ont pas décollé, et pourquoi Wikipédia n'est toujours pas comparable en qualité aux meilleures encyclopédies spécialisées. Les professionnels ont généralement besoin d'argent, ou d'une autre forme de compensation professionnelle, comme les félicitations de leurs collègues experts, pour rédiger des articles difficiles à rédiger qui tirent parti de leur vaste expertise.

C'est tout ce que je vais dire sur la blockchain.

Comment Everipedia passera à la blockchain

"C'est donc un autre projet d'encyclopédie", pourrait-on penser. "Il est peu probable de pouvoir rivaliser avec Wikipedia, non? Soyons réalistes. "

La prémisse de cette réaction est incorrecte. Une blockchain encyclopédique ne serait pas juste une autre encyclopédie, et les façons dont la blockchain diffère des encyclopédies traditionnelles sont précisément pourquoi elle a une réelle chance de concurrencer Wikipédia, comme je l'expliquerai.

Everipedia lancera cette blockchain – que nous sommes appelant le réseau Everipedia – en deux phases. Tout d'abord, nous allons faire tous nos articles actuels, qui comprend la Wikipédia en anglais (éditée par Everipedia) plus environ un million de plus, disponible sur la blockchain. La blockchain aura trois modules: un module d'article, un module de gouvernance et un module de jeton.

Ce sera déjà un développement significatif, car en partant de la base d'une communauté dynamique et en croissance, il incite les utilisateurs à être compensé avec des jetons pour leur travail. Rappelez-vous, Everipedia incorpore tous les articles dans la langue anglaise Wikipédia. Vous pourrez désormais débloquer un stock de valeur – les jetons «QI» du réseau – pour travailler sur ces articles. Peut-être plus important encore, les jetons permettront aux utilisateurs de se joindre à la gouvernance démocratique du réseau. Contrairement à Wikipedia, les encyclopédistes seront en mesure de gouverner démocratiquement un protocole encyclopédique. À terme, une charte pour ce groupe naissant de détenteurs de jetons sera élaborée.

Une deuxième phase – qui, de manière réaliste, ne sera pas complètement développée avant 2019 – a aussi le potentiel d'être révolutionnaire, nous emportant bien au-delà de Wikipédia. Everipedia. À ce stade, nous ajouterons:

Pourquoi pensez-vous que Everipedia va grandir?

Laissez-moi commencer par expliquer pourquoi suis optimiste quant à la croissance future de cette communauté. La notion de «GreaterWiki» qui sous-tend ce plan envisage un groupe de participants et de partisans qui deviendraient bien plus grands que ceux de Wikipédia. Eh bien, pourquoi y penser?

Pas limité à une communauté. Alors que Everipedia.org va lancer ce réseau de blockchain, il ne sera pas limité à un site ou une communauté. Nous sommes déjà en discussion avec un certain nombre d'éditeurs de référence sur la publication sur le réseau Everipedia. En fin de compte, il y aura de nombreuses façons de mettre du contenu sur la chaîne de blocs.

Cela résout le problème qui a limité la participation à Wikipedia (compte tenu de son trafic) et empêché des projets comme Knol et Citizendium de. Pour participer, vous ne devrez négocier avec aucune communauté, comme Wikipedia. Vous devez juste suivre un certain protocole technique neutre, un peu comme HTTP ou TCP / IP. Il est possible que vous n'ayez même pas besoin de publier via une communauté.

Tout cela a des conséquences intéressantes. Essayons de les épeler.

Un projet global pour évaluer et classer des énoncés de connaissances concurrents. Imaginez un moment, pas trop loin dans le futur, où le Réseau aurait agrégé tous les articles encyclopédiques du monde (ou du moins les liens vers eux) sur une chaîne de blocs. Imaginez que le Réseau dispose d'un protocole pour l'enregistrement des évaluations, par des utilisateurs identifiés de manière unique, de ces articles. Pour la première fois, il existe un système de révision crédible pour les articles de Wikipédia – en plus des critiques d'articles sur les mêmes sujets provenant de nombreuses autres sources. Cela signifie un système qui évalue et classe toutes les prétentions du monde à la connaissance (sous la forme d'articles d'encyclopédie).

Il n'est pas exagéré de dire que la simple existence de ce système serait extrêmement intéressante pour de nombreux intellectuels du monde entier. Ce serait particulièrement intéressant pour les écrivains. Si vous avez écrit l'article le mieux classé selon un groupe de vos pairs – quel avantage de carrière qui serait dans tant de domaines. Même si Google continue de placer injustement les articles de Wikipédia en haut de ses résultats de recherche, il sera utile aux écrivains que leur travail soit évalué au-dessus de Wikipédia.

Compensation pour un travail qui était auparavant uniquement volontaire. Les articles de l'encyclopédie Tokenizing signifient que vous débloquerez des jetons pour l'écriture. C'est ce que Theodor Forselius, CEO d'Everipedia, appelle une «couche d'incitation» pour la blockchain. C'est une des raisons pour lesquelles il est important que ce projet soit démarré sur la blockchain. Ce n'est pas par hasard qu'il est développé par une équipe technique énergique, avec un financement important et un soutien enthousiaste de la part de la communauté blockchain.

Everipedia et la communauté blockchain évangéliseront le projet: "Vous pouvez réellement être rémunéré pour votre travail – et devenir co-propriétaire de la ressource – simplement en l'ajoutant à la blockchain." Pour la première fois, travaillez sur des articles Wikipedia , qui était auparavant bénévole seulement et non rémunéré, peut créer un retour. Of course, submitting articles through other sources will also give you the possibility of being compensated.

Truly broad-based and open. Like Everipedia, the Network will impose no restrictions on encyclopedia topics; there will not be a blockchain-wide notability policy, for example. There will be no need, in fact, to negotiate any controversial blockchain-wide editorial policies. Controversial policies shouldn’t be part of the protocol at all, because if they were, the blockchain would need a stringent, selective editorial process—which would inevitably make it centralized and thus susceptible to various kinds of bias.

But this doesn’t mean that the network will be full of nothing but garbage and spam. There will be minimal requirements, such as that articles submitted must contain a minimum number of words, that the content does not constitute copyright infringement, that the content is an attempt to introduce some general topic in complete grammatical sentences in a recognizable language, etc.

There are other reasons to think people will get excited:

  • While many people appreciate Wikipedia, a lot of others are deeply disappointed with it. This project is a credible and significant opportunity to create something better.
  • It will be the first complete encyclopedia on the blockchain.
  • The blockchain will also permit exclusive professional groups to share their member lists and article ratings. This will not only provide a fair way for experts to organize their online editorial activities, it will also give a voice to experts who are not yet at the top of their professions. This is apt to generate excitement among graduate students, post-docs, and assistant professors.

These various advantages, when taken together and implemented, will be huge news. The basic narrative is compelling: “Who can compete with Wikipedia? All the rest of us, taking ownership of a neutral, decentralized protocol.” I’m confident that this will prove to be a very popular plan.

How will this system result in higher-quality articles?

Let’s answer another potential criticism. Why think that this system would result in higher-quality articles than Wikipedia’s — which aren’t that bad, or so it is widely thought. Wikipedia’s defenders say that many hands make light work; open collaboration turns out to be a surprisingly robust way to produce fair quality.

That is all easy to admit. Wikipedia articles are, however, frequently amateurish — just ask anyone who is an expert in a field, especially outside of technical fields, to give a serious review of the Wikipedia articles about their areas of specialization. Also, a problem that seems to worsen as the years go by is the fact that some Wikipedia articles are quite out-of-date.

Quality matters. When it comes to serious scholarship and education, Wikipedia really isn’t good enough. That’s why I have, occasionally, subscribed to Encyclopedia Britannica for my two sons: its quality is much better and more consistent than Wikipedia’s, and when it comes to education, I want my children to have the best.

So why think the Everipedia network would be an improvement over Wikipedia?

Let’s begin with some interesting, but perhaps less consequential reasons:

  • Giving people an incentive to participate in the form of tokens, which have both monetary value and confer a right to govern the network ,  will motivate users to do their best.
  • Users will have to stake a small amount in order to make contributions to the blockchain. We expect this will prevent the most egregious problems, such as vandalism and attacks on the network.

It’s very possible that financial and governance incentives, together with the benefits of staking, will be enough to make Everipedia significantly better-quality than Wikipedia.

I think the competition inherent in the second stage of the Everipedia Network — together with the ratings system — will more effectively secure the highest quality. But is that really right? How might this competition work?

The following speculations are admittedly based on an assumption that there would be many people motivated to rate articles; I’ve already explained why I think the community will grow.

First, note that academic and other traditional reference publishers will be able to join the network (and we have heard from a few that are very interested). Even if they are not part of the network, we will be able to link to their content and rate it, thereby preparing the “lists” for a head-to-head knowledge joust (as it were) among all writers and publishers.

Imagine, then, a modern platform that makes it easy to surface every encyclopedia article available; whether or not you can get past a paywall is another matter. The articles are ranked according to average rating by default. But you don’t have to use the default. You can (and doubtless you’ll be interested to try out) what the ranking would look like if you give special weight to ratings by liberals, or by conservatives, or by experts in your field. Suppose you’re the first person in your profession—say, Wonkology—to view and rate a certain page of articles. Power! You can determine what the initial ranking will be!

If you are the tenth or hundredth wonkologist to weigh in on wonkological articles, you will naturally be interested to compare your own judgment to that of your peers. In all likelihood, you will have some disagreements. You might well be motivated, then, to do your small part to nudge the ranking toward the correct views, by supplying your own ratings.

Then think of this: if you are a specialist in frippernomics, and you judge all of the articles to be awful, you will be motivated to earn the glory of a top-ranked article. You and other frippernomics experts will compete to outdo each other until there really is an article about which most people are willing to concede they can’t do any better.

The result? Extremely high-quality articles will be written about every topic in every field—at least as long as there is adequate competition.

These observations will surely be true not just of academic, technical, and other professional topics, but also of hobby and fan topics. It’s easy to imagine geeks writing, improving, debating, and rating many competing articles about New York City, Mordor, downhill skiing, Buffy Summers, Beyoncé, the 1909 VDB penny, your high school and college, Yosemite National Park, and in short everything that animates our interest.

Because there will not be just one set of ratings, but different sets based on different characteristics of raters, there could be competing rankings. You might not have a prayer of writing the top-ranked article about freedom of speech, because your views on the topic are out of the mainstream; but, as a libertarian (or philosopher or German), you might have a chance to take the top spot among libertarians (or philosophers or Germans).

Quality may be measured in terms of completeness, accuracy, adequate citations, correct mechanics, and readable style — at least. It seems clear that competition could maximize quality in all of these metrics. But what about neutrality? If different identity groups, nationalities, academic fields, etc., are enabled to write competing articles, won’t that mean there will be a number of competing “bubbles”?

Having rating data associated with different biases will make it possible to approximately a middle-of-the-road opinion, if not, precisely, a neutral one. If you wanted an all-American rating that was neutral with respect to party and ideology, that could be easily arranged by weighting the ratings appropriately.

Another possibility — not yet decided for sure — is that we might ask people to rate articles according to a variety of qualities, among which would be neutrality. While you might disagree with your ideological foes about what is neutral, the canceling effects of different groups, weighted in different amounts, will arguably produce a more defensible opinion.

The goal: ever-improving, brilliantly-written articles available universally via search

Lastly, I want to discuss some goals I have in mind for this network. To be clear, I do not set the company goals for Everipedia, and obviously I cannot speak to goals of future partners or the community. There must, in fact, be a plurality of goals. That is, if the network is decentralized, that means there can and (given human nature) must be many visions for the future, since human beings are naturally animated by many sometimes conflicting values.

So I can say only this: It is the following vision that motivates me to stay involved. But see if it inspires you too.

At one level, probably the main goal of the project is that humanity will be able to discover consistently reliable, ever-improving, and brilliantly written encyclopedia articles via search results. Right now, Google usually surfaces Wikipedia articles at the top of its encyclopedia-type searches — and as I said, that is certainly not the best that humanity can do.

If you were able to write a better article than Wikipedia’s, it would be nice if you had a real shot at gaining the coveted top spot on the Google search. Right now, that is not the case. Many Wikipedia articles rank more highly than better articles from other sources. If you want to contribute to that top-ranked Wikipedia article, good luck: the article’s self-appointed watchers jealously guard their prerogatives — frequently barking, as I said, at unwanted interlopers, regardless of qualifications. Nevertheless, Google shows users the Wikipedia article so often because Wikipedia has become the best-known brand of encyclopedia.

Google’s algorithm is obviously imperfect. It needs more meaningful human inputs, together with some way for better and updated articles to leapfrog to the top, if they are better than the other articles now available.

If a blockchain system surfaces the best articles using credible rating data, that would be precisely the sort of human input Google (and DuckDuckGo and Bing) might use. It’s possible that Google will tap into the blockchain’s API directly. If that happens, you might no longer have to negotiate with Wikipedia to work on the top-ranked article, because that spot wouldn’t be unfairly reserved (as it were) for Wikipedia any longer.

If the Everipedia Network finds and credibly rates all the world’s encyclopedia articles, it is likely that Google would help itself to what would be, after all, a treasure trove of valuable data. But if Google eschews the blockchain, I can imagine users learning to eschew Google if they just want to find the basic facts on some topic. Such users would just use any number of other front ends for this new “World Brain” (including Everipedia).

One way or another, the mere availability of a rich, rated, and growing network of encyclopedic content would, I think, inevitably change the way we learn new things via search engines.

A bit of speculative fiction

The real consequences of any radically new technology are notoriously difficult to predict. But let me share the vision I have for this network in the form of some “speculative fiction” — written in 2028, after ten years of development:

Within the first few years of its existence, Everipedia got its own content on the blockchain, invited people to share ownership and management of the Network, and started rating articles. Soon after, it supported multiple articles on the same topic, some uploaded via Everipedia.org, some via other sources. Other websites and apps started using the blockchain soon after. Everipedia, its staff and broader network, found encyclopedia articles everywhere, both free and behind paywalls, encouraging more and more ratings, which were compensated by IQ tokens, as were articles and edits.

Beginning essentially as a fork of Wikipedia, the Everipedia Network rapidly grew. The opportunity to rate Wikipedia articles — and then to find (and upload new) articles that were better — turned out to be extremely popular and cathartic for academics. After three years, there were Network groups for many major academic and professional associations, competing furiously (for the first time ever) to write the very best summations of topics in their specializations. Similarly, many civic, religious, political, hobby, and fan groups sprang up. For anyone who wanted to absorb the local knowledge of San Francisco, or fan lore about The Lord of the Rings, or the latest about a zillion other topics — there was now no substitute.

Wikipedia, stuck in its ways, got on the bandwagon late, and by the time it was posting its own versions of articles to the blockchain directly, different Wikipedia forks, led by Everipedia, had already invented ways to choose the best version of Wikipedia-sourced articles. If you wanted to collaborate with others to have a chance at writing the best and most popular article about some topic, you no longer had to negotiate with Wikipedians.

Many people had migrated to Everipedia, which was friendlier and more open. In terms of quality, Wikipedia versions of articles were not always the best; Everipedia versions were frequently better-rated. Wikipedia became just another community contributing to the world’s knowledge.

Google started using the blockchain data after four years. They too were late to the party, because by then, people had gotten used to using Everipedia, DuckDuckGo (an early adopter), Britannicaand other apps that offered a wide variety of front ends for the blockchain.

Today, it is generally agreed that the Network’s impact is equivalent to the invention of the Internet itself. Who knew how important it would be that we create a decentralized knowledge marketplace, a protocol that would enable us to easily find the best of human knowledge, and to fill in the gaps? In 2018, the year the Network went online, there were a few encyclopedias, dominated by Wikipedia, representing a few viewpoints on their topics (usually biased and often mediocre in research and writing). Since it was so laborious to find and judge different portrayals of a topic, you basically just took whatever Google gave you, which was the Wikipedia article.

How things have changed. For schoolchildren today, it is hard to imagine a world in which top experts, individually and in groups, do not go head-to-head to share summations of what is known, which are ever improving, always up to the minute, brilliantly written. At every needed reading level, too. Remember struggling to finding age-appropriate encyclopedia articles for your children’s reports? Educators and parents cheered as the educational riches heaped up.

In 2022, support was added for a long-dreamed feature: confirming that particular claims were supported by particular sources. While this might sound like a minor detail, it now lies at the heart of our ability to achieve limited consensus across groups. Different users (representing the Network’s many different groupings) rate sources and agree, or disagree, about how far different claims are supported by those sources.

Do you remember when “fake news” was a thing? It’s not that people don’t believe false things anymore; it’s just that they’re now so easy to refute with the help of some of the best possible resources that nobody bothers to publish easily-refutable stuff anymore. Maybe more importantly, everybody knows where to go to find answers about what is widely agreed and what is actually disputed (across politics, religion, nationalities, etc.), and just how much expert support there is for various claims. Some new apps, drawing on the data, even auto-generate and auto-rate articles based on the trove of facts and their ratings.

The Everipedia Network also accomplished something that no one really expected an encyclopedia to do back in 2018: it made it possible for us to understand each other. If you want to understand the a certain traditional Sunni take on sharia law or jihad, lo and behold, it is there. It is drawn not from some mullah’s pronouncements but based on the ratings of thousands of distinguished Muslim scholars. You can compare it side-by-side with a moderate Muslim view as well as of sociologists of religion who are not Muslim.

That’s just one example. Scholars report that comparing the top-ranked articles according to different groups is absolutely fascinating and has already resulted in many breakthroughs and fascinating cross-cultural conferences. Competing positions on every controversy now has their own loci — position papers, as it were — voted to the top by experts who take those positions. Debates before the Network came online were like shouting at each other in a crowded bar; it was hard to hear, and it was hard to understand each other properly. Refuting straw man positions was quite normal.

Then we started competing to write the best explanations of every point of view about every question, and the signal-to-noise ratio shot through the roof. Across nations, religions, ideologies — across every way that we are divided — we understand each other so much better than we ever did. The quality of debate, of human cross-cultural understanding, and, dare we say it, of knowledge and rationality have grown enormously in a very short period of time.

In 2018, one of the most significant problems was the division of the body politic in many Western countries — but especially the United States — due to failure to understand and take each other seriously. We are awestruck at how much things changed and how quickly since then. If you engage in political debates with your friends, how many times did you say the following, as the Network was coming online? “Here, look at this article that I found on the Everipedia Network. This is pretty much what I think. You are attacking a straw position. If you want to know what I think, just read this.” And then your friend replies, “OK then, read this, which I also found on the Network. You don’t understand me, either.” And then, suddenly, the whole debate is elevated.

It’s not like we couldn’t cite articles to support our views, back in 2018 (and did we ever! There were hot takes galore!). It’s that it was basically impossible to find an article that the other side would take seriously. This has changed. Top-rated articles we cite at each other today are written by experts (or collaborations informed by experts), are brilliantly written, and if they make mistakes, they aren’t simple mistakes.

That’s how, some of us now believe, the Network has elevated discourse: it is now so much more difficult to lie about what our opponents believe. We learn more about each others’ views and engage at a much deeper level than people did in 2018.

Disappointingly, but unsurprisingly, not everybody approves of this development. As many have trenchantly observed, it’s becoming delightfully easy to spot the intolerant dogmatists and ideologues in our midst: they drop hints that they hate the Network. They seem offended that any other viewpoints are even permitted. Of course, they’re not above using articles they approve of, but they seem to hate that other views are so beautifully described as well.

They don’t put it that way, for fear of seeming anti-intellectual. They say other views are “dishonest” or “systematically wrong” or “racist” or “heresy.” They rarely come out and say it, but they seem to wish that only their own views were so clearly and brilliantly expressed. The easy availability of contrary viewpoints to impressionable students and the general public is a grave threat, as far as they’re concerned, to the success of their ideology, religion, or philosophy.

Probably, such ideologues should be worried. The Network is teaching the world that the truth is complex and cannot be arrived at via propaganda and censorship. China and Iran have become some of the Network’s loudest critics, and while they have tried hard to censor it, they can’t, so far, thanks to blockchain technology. The blockchain and IPFS are spread around so many nodes, and so many websites and apps use it, that attempts to censor it amounts to an unwinnable game of whack-a-mole.

In 2018, no one would have said that the Internet had enlightened the world. To be sure, there was a lot more information easily available then than there was in, say, 1998; but the quality of information was appalling. And to be sure, the Internet had already taught the world a great deal by 2018, making learning of all sorts more readily available and raising the standard of living almost everywhere. So that’s nothing new.

It’s still probably going too far to say that the Network has enlightened the world, per se. What is clear is that with so many authoritative sources, and from so many different viewpoints, that it is much easier for teachers to prepare authoritative resources, for textbooks to be both factual and balanced, for journalism to be fact-checked, for friends arguing on Facebook to gather facts for their debates, etc.

Making so much high-quality information instantly available is a huge achievement. But another achievement is the propagation of some philosophical lessons that, if learned properly, might really enlighten us:


A much briefer version of this essay was published by Quartz.




Source link

0 Partages