Fermer

avril 8, 2021

Les arguments ESG pour les obligations souveraines14 minutes de lecture




11 min de lecture


Cette histoire a été publiée à l'origine sur ValueWalk

Depuis la publication du PDG de BlackRock Larry Fink la lettre 2020 de l'investissement environnemental, social et de gouvernance (ESG) a fait irruption dans le courant dominant. Malgré sa taille (103 milliards USD), les investissements ESG ont largement négligé le marché des titres à revenu fixe (IF), qui reste dominé par la dette souveraine.

Les investisseurs qui recherchent des résultats environnementaux et sociaux (et peuvent tolérer le risque) devraient incorporer des obligations souveraines, en particulier des marchés émergents, dans leurs portefeuilles.

Cet article passe en revue les principales différences entre les actions ESG et les investissements IF et fournit des exemples de questions E, S et G importantes en ce qui concerne la dette souveraine . Il met également en évidence les principaux défis et opportunités de l'intégration ESG dans la dette souveraine à l'avenir.

Investissement des parties prenantes

Les gouvernements déficitaires souvent pour fournir des services à leurs citoyens. Nulle part cela n'est plus clair que la pandémie actuelle COVID-19 dans laquelle les gouvernements des marchés développés (DM) et des marchés émergents (EM) accumulent leurs dettes nationales afin d'atténuer les retombées économiques et de santé publique.

L'achat d'obligations de sociétés de certaines sociétés, telles que les producteurs d'énergie propre, peut également donner des résultats favorables aux parties prenantes. Cependant, la sélection de ces sociétés est un effort détourné et chronophage par rapport à l'achat d'obligations souveraines pour les raisons suivantes:

  • Les gouvernements fournissent des services que le secteur privé ne peut pas facilement fournir à l'échelle du pays (par exemple, éducation, infrastructure).
  • Un gouvernement a généralement plus de parties prenantes qu'une entreprise individuelle.
  • Le même dollar investi dans la dette souveraine est plus susceptible de se traduire directement en services / biens publics qu'en capitaux propres.

Cependant, cette déclaration suppose que les émetteurs souverains appropriés sont

ESG in Equities vs. FI

«Parce qu'une obligation ne peut pas dépasser sa valeur nominale, l'investissement obligataire se concentre sur la réduction du risque de baisse – quel ESG est le mieux placé pour aider »

Pourquoi le marché des IF est-il si en retard sur le marché des actions en termes ESG ? C'est en partie le résultat de l'opinion traditionnelle selon laquelle les obligations d'État sont elles-mêmes des actifs sans risque.

Les agences de notation telles que S&P et Moody's commencent à intégrer la durabilité dans leurs notations de crédit. L'intégration ESG dans IF diffère des actions de plusieurs manières:

  • Contrairement aux actions, la valeur ultime d'une obligation ne peut pas dépasser sa valeur nominale. Cela se traduit par une plus grande concentration sur la réduction du risque de baisse avec FI plutôt que sur la maximisation du potentiel de hausse. Étant donné que l'ESG fournit un aperçu des risques importants non pris en compte par l'analyse financière traditionnelle, il peut même être mieux adapté à l'évaluation des IF que les actions.
  • Les détenteurs d'obligations ont moins d'opportunités d'engagement que les actionnaires. Au niveau des entreprises, les obligataires ne sont pas en mesure de promouvoir l'adoption de questions liées à l'ESG et / ou d'exprimer d'autres préoccupations lors des assemblées annuelles des actionnaires. Ces opportunités sont encore plus rares au niveau souverain.
  • Les facteurs macroéconomiques tels que les taux d'intérêt, l'inflation et les flux refuges ont un impact plus fort sur les rendements du crédit souverain que les risques ESG.

Gouvernance [19659007] Les questions de gouvernance sont considérées comme les plus importantes des trois catégories et sont depuis longtemps intégrées dans les notations de crédit traditionnelles de la dette souveraine. Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) regroupent les facteurs matériels dans les catégories suivantes:

 Obligations souveraines

 Obligations souveraines

Source: PRI

Les SM sont-ils à l'abri des risques de gouvernance? Pas nécessairement. Bien qu'ils soient considérés comme plus sévères / répandus parmi les EM, les DM sont toujours exposés:

  • Un notable parmi ces DM est l'impasse politique qui peut empêcher les gouvernements d'adopter des réformes économiques structurelles, avec une législation qui peuvent réduire les risques environnementaux et sociaux de ces émetteurs.
  • Certains ME se sont montrés résistants à la gouvernance et aux risques de crédit associés. Par exemple, la crise constitutionnelle de 2018 au Sri Lanka a brièvement conduit à une augmentation des coûts d'emprunt du pays (mesurés par l'écart de rémunération en dollars par rapport aux bons du Trésor). En fin de compte, la Cour suprême du Sri Lanka a confirmé l'état de droit, qui a été récompensé par une baisse des coûts d'emprunt du pays d'une ampleur similaire.

Social

Les facteurs sociaux sont un indicateur du développement du capital humain, qui a largement documenté pour stimuler la croissance économique . Certains indicateurs sociaux, tels que la démographie, le niveau de vie et les dépenses de santé, sont déjà pris en compte dans l'évaluation de la dette souveraine, bien que moins que les facteurs de gouvernance.

Le PRI classe les facteurs sociaux pertinents pour les émetteurs souverains dans le suivant:

 Obligations

Source: PRI

Dans le passé, la force relative des institutions des SM était supposée atténuer les risques sociaux. Cependant, les inégalités économiques combinées à la montée des tensions sectaires, en partie à la réaction des changements démographiques, ont conduit à la montée du populisme dans les pays occidentaux.

les investisseurs doivent rester vigilants dans leurs évaluations de crédit.

Environnement

Les facteurs environnementaux sont généralement considérés comme les moins importants pour les émetteurs de dette souveraine et sont donc les moins intégrés. Cependant, comme le changement climatique (et d'autres problèmes environnementaux mondiaux) ont un impact physique et socio-économique sur le monde, le pilier E est de plus en plus pertinent pour les investisseurs en dette souveraine. Le PRI classe les facteurs environnementaux pertinents dans les catégories suivantes:

 Obligations

Source: PRI

La gestion du capital naturel et le changement climatique posent une série de défis uniques, tels que comme échelle de temps et risque de transition:

  • Risk Management Solutions (RMS) estime que les incendies de forêt en 2020 coûtent 7 à 13 milliards de dollars en coûts directs des assureurs dans quatre États du sud-ouest des États-Unis. Les coûts des événements météorologiques extrêmes peuvent être encore plus élevés à l’avenir s’ils diminuent de façon permanente le potentiel de production économique des États. On peut en dire autant des pays en développement, où les changements climatiques peuvent entraîner une réduction de la production agricole, ce qui peut se traduire par une activité économique réduite et une insécurité alimentaire.
  • Selon le rapport 2020 de Planet Tracker « The Sovereign Transition to Sustainability », un scénario de déforestation élevé entraînant une baisse des précipitations pourrait entraîner une perte de 0,5% des recettes publiques en raison de la baisse des rendements du soja, principale exportation du Brésil.
  • 28% et 34% des obligations souveraines de l'Argentine et du Brésil, respectivement, seront exposés à un resserrement anticipé de la politique climatique et anti-déforestation au cours de cette décennie. Ces chiffres soulignent la nécessité de passer à des pratiques agricoles durables, le principal moteur de la déforestation et de la dégradation des terres.
  • L'élévation du niveau de la mer dans les régions densément peuplées menace de déplacer le capital humain, d'augmenter les dépenses publiques et de réduire l'économie. croissance à long terme. Pour les pays de faible altitude comme le Bangladesh, l'élévation du niveau de la mer peut entraver leur capacité à rembourser la dette extérieure.
  • Les pays dont les bilans dépendent fortement des hydrocarbures (par exemple, l'Arabie saoudite, la Russie) courent un risque de crédit particulièrement élevé en cas d'échec.

ESG Sovereign Credit Ratings

«La bonne gouvernance est donc une condition préalable nécessaire à une bonne notation sociale et environnementale»

Ces résultats sont-ils discutés ci-dessus pris en charge par les données? Les recherches préliminaires de BlackRock indiquent une relation significative entre la performance ESG et les écarts de crédit souverains.

Étant donné que la plupart des mesures de durabilité pertinentes évoluent lentement et ne sont rapportées que sur une base annuelle, l'équipe de BlackRock a utilisé un système exclusif. approche big data pour contourner cette limitation. Leur méthodologie est décrite comme suit:

  • BlackRock a exploité un logiciel qui a trié des milliers d'articles et de mesures pour rechercher 1) la fréquence des mots-clés liés à chaque pilier ESG et 2) le score de sentiment associé à
  • En utilisant un système de pondération, l'équipe a attribué à chaque émetteur un score ESG global aux obligations de 60 émetteurs DM et EM.
  • Dans un modèle hypothétique, ils ont constaté que la notation ESG expliquait jusqu'à 25% de variation dans les spreads souverains. L'étude a également révélé que pour toutes les échéances examinées, l'ESG avait un plus grand pouvoir explicatif que les notations de crédit traditionnelles d'agences telles que Moody's ou Fitch.

Bien qu'innovante, une telle approche est limitée dans son application en raison de sa dépendance à l'égard des sources d'information. Les pays qui obtiennent de mauvais résultats en matière de liberté journalistique et de liberté d'expression, comme mentionné ci-dessus dans la section Gouvernance, sont plus susceptibles de produire un contenu biaisé en faveur des politiques gouvernementales.

À moins que les analystes ne filtrent manuellement les contenus biaisés tels que les informations parrainées par l'État. , l'approche de BlackRock se traduirait par des scores ESG artificiellement gonflés. S'appuyer sur des sources extérieures est une option, mais elles peuvent manquer de connaissances «internes» importantes et / ou de contexte culturel.

La bonne gouvernance est donc une condition préalable nécessaire à une bonne notation sociale et environnementale. Sans les notations ESG qui reflètent la performance réelle d'un pays dans les trois piliers, il est difficile de déterminer dans quelle mesure ESG explique les écarts de crédit.

Bien que les rapports ESG dans les pays émergents se soient améliorés ces dernières années, les investisseurs seront limités dans le nombre d'émetteurs des pays émergents dans lesquels ils peuvent investir fidèlement leur argent. Cela peut créer une situation dans laquelle les pays dont les parties prenantes ont le plus besoin d'investissements durables pourraient être ceux auxquels les investisseurs doivent se soustraire.

Engagement

«Les investisseurs peuvent tirer parti de l'engagement pour faire pression pour une meilleure divulgation ESG et un alignement de la part des émetteurs souverains, mais doivent éviter l'apparence de lobbying et / ou d'ingérence dans les politiques gouvernementales»

Les investisseurs en dette souveraine peuvent pour tirer parti de l'engagement avec les émetteurs pour promouvoir la transparence ESG, entre autres demandes. Plusieurs mécanismes d'engagement existent déjà:

  • Dans les démocraties, les gouvernements rencontrent souvent les investisseurs avant le dévoilement des budgets annuels et des plans budgétaires à moyen terme afin de fournir des éclaircissements et des détails.
  • Gouvernements et les bureaux de gestion de la dette (OGD) peuvent organiser des tournées de présentation pour promouvoir de nouvelles émissions d'obligations, des réunions de tournées sans négociation et des événements ad hoc, bien que ces derniers soient plus courants parmi les pays refuges et les grands émetteurs comme la Chine .
  • Les investisseurs institutionnels effectuent depuis longtemps des voyages de recherche dans les pays qui offrent de précieuses occasions de rencontrer divers acteurs nationaux et d'évaluer la situation «sur le terrain».

Ces forums sont des pistes pour les investisseurs. demandes. Cependant, l'engagement a eu un bilan mitigé jusqu'à présent.

  • En 2017, des investisseurs et un membre du comité consultatif sur la dette souveraine des PRI ont commencé à pousser les responsables de la banque centrale mexicaine à améliorer leurs communications concernant les décisions de politique monétaire. Ces préoccupations ont été prises au sérieux et, en avril 2018, l’autorité monétaire a annoncé qu’elle commencerait à publier les comptes rendus des votes du conseil d’administration après les réunions de politique monétaire.
  • Nordea Asset Management a suspendu ses achats d’obligations gouvernementales brésiliennes en réponse aux incendies de forêt en Amazonie de 2019. Avec une exposition alors aux obligations souveraines brésiliennes de 111 millions USD, l'annonce de Nordea a attiré l'attention des décideurs brésiliens, qui ont ensuite invité ses dirigeants à une réunion avec des représentants du gouvernement à Helsinki. Nordea a ensuite été soutenu par un groupe d'investisseurs institutionnels avec un total de 4,6 billions USD d'actifs sous gestion (AUM). Malgré leurs efforts, les incendies de déforestation ont augmenté de 23% de 2019 à 2020.
  • En 2020, un étudiant de 23 ans a intenté un recours collectif contre le gouvernement australien pour avoir omis de divulguer les risques liés au climat à ses investisseurs en obligations souveraines. Il reste à voir si le procès en cours modifiera la notation AAA dont jouissent actuellement les obligations et / ou changera les perceptions des investisseurs.

La pandémie COVID-19 offre aux investisseurs l'occasion de tirer parti de leur influence et faire pression pour une plus grande divulgation ESG et des pratiques de durabilité. Cependant, même le PRI reconnaît que l’engagement des investisseurs peut être considéré comme du lobbying ou comme une tentative d’ingérence dans les choix politiques des gouvernements.

C’est une grave préoccupation. Dans les transactions entre les gestionnaires d'actifs et les banques du Nord mondial et les émetteurs souverains du Sud global, les investisseurs doivent éviter même l'apparence d'une relation néocoloniale.

De telles interactions seraient contre-productives pour les objectifs des investisseurs responsables. On peut affirmer que les fonctionnaires qui se préoccupent plus d'apaiser les investisseurs étrangers que de servir leurs propres citoyens est un signe de mauvaise gouvernance.

Conclusion

Les investissements ESG dans les obligations souveraines ont pris un retard significatif par rapport aux actions et même aux obligations d'entreprises. À l'heure actuelle, il n'existe qu'une poignée d'indices financiers souverains alignés sur l'ESG.

Les principaux d'entre eux sont les indices JPMorgan Emerging Market (JESG EMBI), l'indice FTSE Russell Global Government Bond indexé (WGBI) et le S&P ESG Pan-Europe. Developed Sovereign Bond Index.

Néanmoins, cette classe d'actifs rattrape rapidement son retard.

Une analyse de Charles Schwab indique que l'allocation des marchés émergents (en particulier dans la dette libellée en dollars américains) à un revenu fixe portefeuille peut augmenter les rendements tout en offrant une diversification. Cela se fait au prix d'un risque plus élevé, mais l'ESG peut atténuer cela.

Les risques de gouvernance, suivis des risques sociaux, restent les plus importants dans le contexte de la dette souveraine, tandis que les risques environnementaux deviendront plus pertinents dans les décennies à venir.

Plusieurs défis majeurs subsistent avec l'investissement dans la dette souveraine. Celles-ci vont des données non fiables / manquantes à la prédominance des macro-facteurs en passant par les préoccupations éthiques sur l'engagement souverain.

Cependant, l'intérêt croissant des investisseurs et des investisseurs, couplé à une recherche croissante dans le domaine, augure d'un avenir de la dette souveraine. Pour les investisseurs qui sont prêts à encourir un risque plus élevé dans l'espoir de rendements plus élevés, l'investissement ESG dans la dette souveraine offre un moyen précieux de créer un impact tangible et de tracer un avenir durable.




Source link

0 Partages